Partager

C’est une forte mobilisation de sensibilisation contre la tuberculose, une terrible maladie en passe d’être vaincue, qui a regroupé des centaines de jeunes, de femmes et d’hommes au Centre internationale de conférences, le 5 juin 2010. Le département de la santé célébrait ainsi la journée mondiale de lutte contre la tuberculose, sous la houlette du Secrétaire général du ministère de la santé, représentant le ministre.

L’édition 2010 de la journée a retenu comme thème : «Innovation», et comme slogan : «En route contre la tuberculose, innovons pour agir plus vite». L’innovation a été choisie par le Partenariat « Halte à la tuberculose», pour rappeler à tous les pays du monde qu’il est important de «réorienter l’action» et barrer la route à la tuberculose. L’innovation répond à la nécessité d’accélérer les efforts visant à accroître la participation des communautés, et à intensifier la recherche pour améliorer et rendre plus exactes les méthodes de diagnostic.

Ce samedi 5 juin 2010, la salle de 1 000 places du CICB a refusé un monde toujours grossissant venu communier, pour qu’ensemble, et grâce à la conjugaison des efforts, la tuberculose ne soit plus un problème de santé publique au Mali et en Afrique. La célébration de la journée mondiale de lutte contre la tuberculose rappelle la découverte du Mycobacterium Tuberculosis, le bacille responsable de la tuberculose, par le scientifique Allemand Robert Koch le 24 mars 1886.

Cette journée rappelle au monde entier la menace que continue de faire planer la tuberculose sur les populations humaines. En effet, chaque année, 8 à 10 millions de personnes à travers le monde développent la maladie, et 2 millions en meurent. La tuberculose est responsable de 26% des décès évitables, parmi les personnes âgées de 15 à 59 ans.

Par ailleurs, la lutte contre la tuberculose est confrontée depuis quelques années à un nouveau défi. « Je voudrais parler de l’émergence des cas de tuberculose à bacilles multi résistants, qui constituent une menace certaine pour les efforts accomplis jusqu’ici dans la lutte contre la maladie », a indiqué le Dr Ousmane Touré, Secrétaire Général du ministère de la Santé.

Selon lui, notre pays, à travers la déclaration de la tuberculose comme urgence nationale, s’est résolument engagé dans la lutte en adoptant la nouvelle stratégie « Halte à la Tuberculose». Les différentes composantes de cette stratégie ont entièrement été intégrées dans le plan stratégique 2007- 2011 du Programme National de Lutte contre la Tuberculose.

Aussi, en 2009, les services DOTS ont été régulièrement disponibles dans 800 CSCom de notre pays, et l’accès au diagnostic a été élargi à travers le transport des échantillons de crachats. De nouveaux laboratoires de microscopie ont été ouverts et ont été régulièrement fonctionnels. De même, des techniciens de laboratoire bien formés et régulièrement suivis et contrôlés ont été disponibles à travers tout le pays, a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, « la culture du bacille tuberculeux a démarré au Laboratoire National de Référence de la tuberculose sis à l’INRSP. Quant aux médicaments antituberculeux, ils ont été disponibles de façon ininterrompue à tous les niveaux de soins. Ils sont gratuits pendant toute la durée du traitement, de même que tous les examens de laboratoire aussi bien pour le diagnostic que pour la surveillance du traitement », a déclaré le représentant du ministre.

Ainsi, à travers le pays, 6 840 cas de tuberculose, toutes formes confondues, ont été notifiés, dont 5 163 cas de tuberculose pulmonaire hautement contagieux. Le nombre de cas de tuberculose pulmonaire à frottis positifs a ainsi connu un accroissement d’environ 10% par rapport à l’année précédente. Aussi, sur 4 734 malades tuberculeux pulmonaires hautement contagieux dépistés l’année précédente, 3 845 ont été traités avec succès. Selon le secrétaire général du Ministère de la santé, « dans le cadre de la lutte contre la co-infection TB/VIH, un cadre conjoint de collaboration a été formalisé. Les directives de prise en charge, ont été adoptées par la Cellule Sectorielle de mon département et le Programme national de lutte contre la tuberculose.

Ainsi, en 2009, environ 56% des malades atteints de tuberculose, ont accepté d’être dépistés pour le VIH. Ce qui représente une évolution d’environ 20%, par rapport à l’année précédente. Plus de 75% des malades co-infectés ont également bénéficié d’une prise en charge adéquate. En ce qui concerne la lutte contre la tuberculose multi-résistante, une unité de prise en charge a été ouverte au service de pneumo-phtisiologie du CHU du Point G… ».

Plusieurs autres intervenants ont renforcé le propos du Secrétaire Général Ousmane Touré. Les prestations musicales de Saramba Kouyaté et le Niogolon de l’école de Médecine ont permis de joindre l’utile à l’agréable.

Hadama B. Fofana

07 Juin 2010.