Partager

protection.jpg
Le maximum de personnes doit être initié aux gestes qui sauvent.

À l’instar des autres pays membres de l’Organisation internationale de la protection civile (OIPC), notre pays a célébré hier la Journée mondiale de la protection civile, journée qui offre l’opportunuité d’éveiller les citoyens à la meilleure manière de se comporter en cas de catastrophe naturelle ou d’accident de circulation.

L’épicentre de l’événement s’est trouvé à la caserne des sapeurs pompiers de Sogoniko où le Premier ministre, Modibo Sidibé a présidé la cérémonie commémorative. C’était en présence de membres du gouvernement, des présidents des institutions de la République, des représentants du corps diplomatique et des organisations internationales et de nombreux invités. On notait également la présence remarquable d’une forte délégation de l’OIPC conduite par son secrétaire général adjoint, Eugène Vansilien.

Le thème choisi cette année « la protection civile et les gestes qui sauvent » souligne la nécessité d’initier la population à des interventions élémentaires qui permettent très souvent de préserver une vie ou de réduire l’impact de certaines catastrophes sur l’intégrité physique des citoyens. La vulgarisation de pratiques très simples peut permettre de créer des réflexes salvateurs dont chacun peut s’approprier pour en faire usage lorsque l’occasion s’en présente. Et malheureusement les situations au cours desquelles ce savoir est nécessaire ne manquent pas. Beaucoup d’entre elles sont aujourd’hui créées par les accidents de circulation.

Le président de la République avait lui-même mis à l’index la montée de ce dernier phénomène en soulignant dans son Programme de développement économique et social qu' »il s’avère urgent de repenser notre politique de sécurité routière. Elle sera un axe majeur du nouveau mandat« .

Le directeur de la Protection civile, le colonel Mamadou Traoré, expliquera, à ce propos, que le ministère de la Sécurité intérieure et de la protection civile en coordinations avec d’autres départements ministériels s’attelle à mettre en œuvre un vaste programme d’initiation aux gestes élémentaires de secours à travers des groupes cibles que constituent notamment les transporteurs, les élèves et les étudiants.

Ce programme formera plus de 10 000 secouristes au cours de l’année à venir, soit environ 200 par cercle. L’enseignement utilisera en dehors des canaux directs (écoles, services) les chaînes de télévision. A cela s’ajoutent des journées « portes ouvertes » et les caravanes de la protection civile vers les régions de Gao et Kidal.

Expérience et expertise

« Notre objectif est de faire de chaque citoyen un secouriste pour augmenter les chances de survie en cas de détresse« , a expliqué le responsable de la protection civile. Qui a par ailleurs remercié les autorités pour les efforts fournis dans l’équipement de son service. Ceperndant, même après les améliorations intervenues, le dispositif actuel demande à être renforcé. « Nous avons besoin de moyens supplémentaires. Bamako est vaste et la circulation est de plus en dense« , a indiqué le colonel Mamadou Traoré.

Le Secrétaire général adjoint de l’OIPC a félicité le Mali pour ses efforts dans la protection civile des populations. Les différentes actions menées par les agents de la protection civile dans le cadre de la décentralisation montrent à suffisance les progrès obtenus par la prévention. « La Protection civile en tant qu’organe de sauvegarde de la vie, des biens et de l’environnement apparait tout naturellement comme un interlocuteur privilégié dans la mise en oeuvre des stratégies de prévention. Que ce soit dans le domaine de la formation ou de l’information, les structures nationales de protection civile apportent l’expérience et l’expertise nécessaire à la mise au point de dispositifs de sécurité adaptés« , a ajouté Eugène Vansilien.

Le Premier ministre Modibo Sidibé a rappelé qu’il est important que tout le monde se mobilise pour sauver les vies humaines, tout en soulignant que les pouvoirs publics sont conscients de la nécessité d’équiper encore davantage la protection civile. Il a assuré les agents de ce corps que le gouvernement à travers sa politique de sécurité va mettre en œuvre un cadre approprié pour le développement et la consolidation du partenariat entre les forces de sécurité et les composantes de la nation.

La cérémonie a été marquée par des démonstrations de secours à porter en cas d’accident et d’incendies par des sapeurs pompiers et la croix rouge.

Doussou Djiré – L’Essor

05 Mars 2008.