Partager

Le développement humain durable nécessite la prise en compte du bien-être des populations surtout les plus vulnérables. C’est là toute la portée de la Journée mondiale de la population qui avait pour thème cette année : « La planification familiale : c’est un droit, faisons-en une réalité ».

Le Mali, à l’instar de la communauté internationale, a célébré le vendredi 11 juillet 2008 les festivités commémoratives de la Journée mondiale de la population. Après le village de Bôyô dans la région de Tombouctou en 2007, cette année le ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Commerce en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) a décidé de célébrer la Journée à Ké-Macina dans la région de Ségou.

C’est un accueil chaleureux que la population de Ké-Macina a réservé à la journée et à la forte délégation nationale conduite par les ministres de l’Economie de l’Industrie et du Commerce Ahmadou Abdoulaye Diallo, de la Santé Oumar Ibrahim Touré, et de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Maïga Sina Damba.

Le maire de la Commune rurale de Ké-Macina, Youssouf Bah dit Mao, a, au nom des populations, remercié les autorités d’avoir choisi sa Commune pour abriter les festivités de la Journée mondiale de la population. Il s’est félicité de l’arrivée de l’UNFPA à Ké-Macina qui a, selon lui, longtemps manqué de partenaire pour essouffler une dynamique à son développement.

Le choix porté sur la Commune rurale de Macina procède, selon Ahmadou Abdoulaye Diallo, d’une analyse approfondie de la situation socio-économique et démographique de la région de Ségou qui, précisera-t-il, fait ressortir l’état de pauvreté du cercle de Macina comparé aux autres cercles.
Concernant le thème relatif à la planification familiale, le ministre de l’Economie ajoutera qu’il revêt pour le Mali une importance particulière.

« La mise en œuvre d’une politique de planification familiale représente un objectif invariable de la stratégie et de la philosophie qui sous-tendent l’œuvre de développement dans l’optique du maintien d’un équilibre rassurant entre les besoins et les ressources, entre le démographique et l’économique ».

Selon les prévisions des Nations unies, assurer l’accès à la planification familiale sans obligation, pourrait réduire d’un tiers le nombre de décès maternels et d’au moins 20 % celui de la mortalité infantile. Le ministre Diallo a déploré le fait que le Mali est très en retard dans la résolution de la problématique de la santé de la reproduction.

Le représentant de l’UNFPA au Mali, Dr. Mamadou Diallo assurant l’engagement de son organisation auprès du Mali dans la lutte contre la pauvreté, a annoncé le lancement du 6e programme (2008-2012) de la collaboration entre l’UNFPA et le Mali dans la région de Ségou, spécifiquement dans les domaines de la santé de la reproduction, de la promotion du droit humain et de l’équité genre.

Dr. Diallo est convaincu que pour faire face aux questions de la population et combattre la mortalité maternelle, il faut promouvoir le droit à la santé de la reproduction ainsi qu’à l’information et l’accès aux services de planification familiale.

L’UNFPA a mis à la disposition de Macina un important lot de matériels et d’équipement d’une valeur de plus de 250 millions de F CFA. Composé de six ambulances équipées pour chaque cercle de la 4e région et l’hôpital Nianankoro Fomba de Ségou et une importante quantité de moustiquaires imprégnées pour Macina et 5 autres villages.

Ce don du l’UNFPA est, selon son représentant, un témoignage concret de la volonté de son organisation à accompagner le Mali dans ses efforts de lutte contre la pauvreté.
Aussi Macina a-t-il été doté d’un groupe électrogène, d’une radio communautaire entièrement équipée, d’équipements de maraîchage, etc.

La cérémonie a été émaillée de prestations d’artistes comme Molobali Traoré et Papa Gaoussou Diarra tous originaires du cercle de Macina qui compte une population de 21 794 habitants, dont 11 386 femmes.


Amadou Waïgalo

(envoyé spécial)

14 Juillet 2008