Partager


Le Mali, à l’instar de la Communauté internationale a célébré samedi dernier au CICB la 20e Journée mondiale de lutte contre le VIH/Sida. La cérémonie, qui a coïncidé avec l’ouverture de la 5e édition du Festival Ondes de liberté dont le thème est « rôle de la radio de proximité dans la lutte contre le VIH/Sida, a été présidée par le chef de l’Etat.

Il y avait foule dans la salle Djéli Baba Sissoko du Centre international de conférences de Bamako samedi dernier au lancement de la Journée mondiale de lutte contre le VIH/Sida. Présidée par le chef de l’Etat Amadou Toumani Touré, la rencontre a enregistré la présence du Premier ministre, des membres du gouvernement, des présidents des institutions nationales et des représentants d’organismes internationaux dans notre pays.

Plusieurs activités étaient inscrites au programme notamment un sketch de la troupe Niogolon sur l’importance du dépistage.

Selon le représentant résidant de l’OMS qui a présenté le rapport 2007 de l’Onusida, la prévalence mondiale du VIH s’est stabilisée, mais, a-t-il poursuivi, le Sida figure toujours parmi les principales causes de décès dans le monde et reste la première cause de décès en Afrique.

S’appuyant sur le document de l’Onusida, le Dr. Lamine Cissé Sarr a démontré que les nouvelles données et analyses épidémiologiques font état d’une amélioration et témoignent d’une meilleure compréhension de l’épidémie mondiale. A ses dires, ces nouvelles données et des avancées de la méthodologie utilisée ont donné lieu à d’importantes révisions des estimations antérieures.

« Le nombre de nouvelles infections à VIH par an a atteint un pic à la fin des années 1990, à plus de 3 millions et l’on estime à 2,5 millions le nombre de nouvelles infections en 2007, soit une moyenne de plus de 6800 nouvelles infections par jour », a-t-il ajouté.

Aussi, à la lecture du rapport, il apparaît que le nombre de personnes qui décèdent de maladies liées au Sida a décliné au cours des deux dernières années, en partie du fait de l’allongement de la durée de vie grâce aux antirétroviraux. « Ces données améliorées nous donnent une image plus claire de l’épidémie de sida, qui révèle à la fois des défis et des opportunités, », a encore déclaré le représentant de l’OMS au Mali.

Un leadership fort

Le secrétaire exécutif du Haut conseil national de lutte contre le Sida et le ministre de la Santé ont, de leur côté, mis l’accent sur les efforts consentis par le gouvernement et ses partenaires techniques et financiers dans la lutte contre la pandémie. Une lutte, selon les orateurs, qui a permis de baisser le taux de la prévalence de 1,7 % à 1,3%.

« Au vu des résultats obtenus et des défis qui nous attendent, je demeure convaincu que c’est avec un leadership fort et la synergie dans nos actions que nous pourrons vaincre ce fléau », a dit le ministre de la Santé pour qui, ces résultats obtenus par notre pays sont le fruit de l’engagement personnel du chef de l’Etat et celui de l’ensemble des acteurs de la lutte contre le VIH/Sida. Il s’agit des acteurs de la société civile, du secteur public, du secteur privé…

En choisissant le thème « radio et lutte contre le Sida », le Festival Ondes de liberté se propose de placer les hommes de radio au cœur de la lutte contre le Sida en les amenant à jouer le rôle de leadership dans la prévention de cette pandémie. « En faisant démarrer les deux événements en même temps, notre objectif était de mettre à la disposition du HCNLS des espaces de communication appropriés », a dit Mme le ministre de la Communication et des Nouvelles technologies de l’information.

Et de préciser que cette 6e édition verra des panels animés par des spécialistes sur le leadership de la presse dans la lutte contre le Sida, l’implication de la jeunesse dans la lutte contre le Sida et la prise en charge des malades du Sida.

Devant le président de la République, deux organes de presse en l’occurrence le quotidien L’Indépendant et la Radio Jamana Benkan ont été distingués pour leur engagement dans la lutte contre le VIH/Sida.

Idrissa Sako

03 décembre 2007.