Partager

Chaque année, le monde entier consacre une Journée au livre littéraire. L’initiative est venue de l’Unesco. Cette année, des structures au Mali ont pris l’initiative de le célébrer avec l’appui de l’Unesco, le Bumda et le ministère de la Culture.

L’Unesco a décidé de la célébration de la Journée internationale du livre et du droit d’auteur le 23 avril de chaque année lors d’une conférence le 15 novembre 1995. La célébration de la 13e édition de la Journée internationale du livre et du droit d’auteur s’est déroulée le mercredi 23 avril à la Bibliothèque nationale et avait pour thème « le rôle de la famille et de l’école dans l’initiation à la lecture ».

C’est à cette occasion que l’émission littéraire en « En toutes lettres », l’Association malienne des professeurs de langue française et l’Association malienne des bibliothécaires, archivistes et documentalistes ont pour la première fois marquer l’événement au Mali par une conférence-débats.

Pour le directeur de la Bibliothèque nationale, Mamadou Konoba Kéita, qui a fait une introduction en situant l’événement dans son contexte, « cette journée correspond à la mort et à la naissance de certains grands écrivains dans le monde et c’est pourquoi chaque 23 du mois d’avril, l’Unesco célèbre cette journée et c’était par la rose offerte sur chaque livre acheté ce jour-ci ».

Le conférencier, Mamadou Bani Diallo, qui a développé le thème, a montré toute l’importance du livre dans le développement intellectuel et psychologique de l’enfant. « Il est important pour un enfant de lire un texte littéraire, de le déchiffrer et de pouvoir l’interpréter sinon la lecture sera sans importance », a indiqué M. Diallo, selon qui, « sans lecture, le texte devient mort, c’est pour dire que lecture et écriture vont de pair ».

Le Pr. Diallo a ajouté que la famille joue un rôle important dans la lecture de l’enfant car c’est dans ce milieu que l’enfant se familiarise avec les livres, en ayant des parents qui s’intéressent à la lecture et bien encadré. « La famille et l’école sont complémentaires dans l’initiation à la lecture des enfants, c’est à l’école de redresser la lecture des enfants », a-t-il dit.

Le Pr. Bani Diallo a exhorté les parents, la société à susciter un intérêt pour la lecture chez les enfants. Aux libraires et les éditeurs, il a plaidé la baisse des prix du livre.


Sètè Traoré

(stagiaire)

24 avril 2008.