Partager

A l’occasion de la journée Internationale des droits de l’Homme, célébrée en ce 10 décembre, Le bureau de la coordination internationale du CDR ( Collectif pour la Défense de la République ) mobilise ses partisans à se réunir dans une vidéo ou par une manifestation pacifique dans leur pays respectif, pour montrer leur indignation contre les “ violations des droits de l’homme” au Mali. Un appel répondu par le CDR-Maroc, le CDR-Côte d’Ivoire et le CDR-New-York jusque-là.

Le bureau CDR-international a demandé à sa diaspora dans les quatre coins du monde de se mobiliser dans une courte vidéo ou par une manifestation pacifique dans l’optique de rappeler leur engagement pour la sauvegarde des droits de l’homme au Mali.

Pour eux, la situation ambiante au Mali est “inconcevable”. Ils dénoncent d’un côté la manifestation réprimée du FSD du samedi 08 décembre; par les forces de l’ordre mobilisées pour l’occasion. D’un autre côté, ils s’exclament sur le manque de ressources pour se nourrir. D’où la naissance de “ l’opération GALAMA” depuis le dimanche dernier.

Selon les représentants de la Côte d’Ivoire, s’exprimant avec une foule assise bradant tous deux louches en l’air : “ Nous sommes affamés. On n’est pas en sécurité. Mon pays souffre à cause de la mauvaise gouvernance. On en a marre. C’est pourquoi, on lance un appel au monde entier pour dire que notre pays est en détresse et en difficulté”.

Le nom “Opération Galama” n’est pas anodin: Elle dénote “ la faim” que les partisans du CDR-international disent ressentir à ce jour au Mali et à l’extérieur.

Selon M. N’Fa Mohamed Keïta, representant du CDR -Maroc : “ Nous nous engageons depuis Rabat pour soutenir les actions du mouvement du CDR. Surtout en cette journée du 10 décembre qui commémore la journée internationale de la proclamation des Droits de l’Homme par les Nations Unis”. Si la population ne montre pas son soutien pour la défense de nos droits intrinsèques, ce serait immoral de notre part”.

Aicha Keita

Bamako, le 10 Decembre 2018

©AFIRBONE