Partager

Les proches des milliers d’Azerbaïdjanais disparus depuis la première guerre du Karabagh, ont témoigné de leurs souffrances, à l’occasion de la Journée internationale des Personnes disparues et des Victimes des disparitions forcées. Ces peuples encore dans la douleur et l’incertitude trois décennies plus tard, pleurent leurs proches disparus notamment 3 890 disparus azerbaïdjanais, 3 171 militaires et 719 civils depuis les années 1990. C’est la raison pour laquelle, Chaque 30 Août de chaque année, la journée internationale des personnes disparues est célébrée.

Le Mali ne reste pas en marge de cette journée qui célèbre la disparition des personnes qui sont entravées de leur liberté et qui sont souvent assassinées pour des causes inconnues. En effet, le Mali est un pays en guerre depuis belle lurette.  Plusieurs fois, des personnes sont enlevées pour des causes non justifiées. Cela fait que la circulation des individus et de leurs biens constitue un réel problème. Selon le rapport au second trimestre de l’année 2021 de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (Minusma), publié hier Lundi 30 Aout 2021, 527 civils ont été tues au Mali. « Nous avons décidé de célébrer cette journée au Mali dans le but de commémorer les personnes enlevées qui ne sont plus avec leurs familles. Je saisis l’occasion pour informer que tous ceux qui gardent encore le silence sur leurs proches disparus, peuvent se rapprocher de nous » a déclaré Fadimata Ousamane HAïDARA, Membre de département programme protection de rétablissement de liens familiaux au Centre International de La Croix Rouge.

Au Nord, au Centre, au Sud comme à l’Ouest et a l’Est, des personnes ont été privées de leur liberté. D’autres sont portés disparus et restent introuvables. L’opinion publique monte au créneau pour affirmer qu’ils ont été assassinés. C’est le cas du Journaliste d’investigation Birama TOURÉ, porté disparu depuis 2016.

Il n’est pas d’ailleurs le seul homme de médias enlevé, le correspondant de «Libération», du «Point» et de «Jeune Afrique», Olivier DUBOIS a été kidnappé dans la ville de Gao, au nord du pays, le 8 avril 2021.

Le rappeur Amadou Kébé de son vrai nom, a été enlevé dans la région de Tombouctou il y a tout juste un mois, le 29 juillet dernier 2021, en compagnie de deux membres de son équipe, Ousmane Coulibaly, alias Dr Bacozy, et Alfousseiny Touré, dit Dr Alouss. 

La liste est non exhaustive, il ne se passe pas un mois sans qu’une, deux ou plusieurs personnes ne soient enlevées au Mali. « Au Mali, on enlève les gens n’importe comment. Il n’y a plus de sécurité sur l’ensemble du territoire. On enlève nos proches, c’est vraiment aberrant » ; a déploré Kadhiatou SOW, ingénieure. 

Toutefois, les populations invitent les autorités de la transition à prendre ce phénomène qui devient de plus en plus inquiétant et préoccupant partout au Mali.

Adama SANOGO

@Afribone