Partager

jpg_une-1977.jpgÀ 8 heures précises, les bureaux de vote s’ouvrent ce dimanche 28 juillet sur toute l’étendue du territoire national en vue de l’élection du président de la République. Les 27 candidats en lice se frottent donc aux suffrages des 6,9 millions d’électeurs. Si une majorité de 50,01 % ne se dégage pas à l’issue de cette journée, un second tour est prévu le 11 août.

19H00 : Les bureaux de vote sont fermé dans plusieurs centres où les agents électoraux procèdent aux dépouillement. A 18 heures, heure règlementaire de ferméture, des électeurs étaient restés en nombre élévé dans les centres en attendant leur tour de voter. Au terme de la loi électorale, les présidents de bureaux de votent sont tenus d’accorder le droit de vote à tout électeurs qui se présente avant 18 heures 01 minute.

17H00 : Le Réseau APEM qui a déployé 2.100 Observateurs sur le territoire national livre ses premières observations.
A 12 heures, 1.151 Observateurs ont envoyé des rapports préliminaires.
L’analyse de ces données laisse entrevoir que 96% des bureaux de vote couverts par les Observateurs ont été ouverts à l’heure. «Une grande mobilisation des électeurs a été constatée.

Cependant, des disparités entre les régions ont été constatées, notamment à Kidal où il a été constaté 12,5% de bureaux ouverts aux environs de 9 H 00», consigne l’ONG dans un communiqué publié vers 16H20. Ce retard serait dû aux réaménagements des bureaux pour des besoins de sécurité. A Bamako, le taux d’ouverture des bureaux de vote était à 56,7% et 77% à Tombouctou.

«En somme, hormis quelques dysfonctionnements relevés, notamment l’identification des bureaux de vote, qui sont corrigés au fur et à mesure de manière proactive, les opérations de vote se déroulent normalement sur l’étendue du territoire national, sans incidents majeurs», conclu-t-elle.

16H30 : Louis MICHEL, chef de la Mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE UE Mali), de retour de Kidal où il a observé les opérations de vote ce 28 juillet, tient un point de presse à 18 heures.
La MOE UE se compose de 100 observateurs venus de 27 des 28 Etats membres de l’Union européenne, ainsi que de la Norvège et de la Suisse, pays partenaires pour l’observation.

La Mission dispose ainsi de 20 observateurs à long terme présents depuis le 2 juillet pendant plusieurs semaines, et de 30 observateurs à court terme en place pour environ dix jours lors du scrutin. Ces observateurs sont déployés dans 5 des 8 régions administratives du pays et dans le district de Bamako. Ce secteur représente 90% de l’électorat potentiel. Quelles sont les premieres impressions sur le scrutin ? Rendez-vous a été donné à la presse à l’institut des jeunes aveugles à Faladié.

15H30 : La grande affluence de la population autour du scrutin a entraîné un cafouillage dans plusieurs centres de vote en vue d’un repérage des bureaux de vote. Des électeurs munis de leurs cartes Nina font le tour des centres à la recherche du précieux sésame : le bureau de vote.
À quelques heures de la clôture des bureaux, certains commencent à se lasser. « Je compte vraiment retourner à la maison. Cette situation m’énerve », nous a indiqué une électrice à Djikoroni-Para, après une longue recherche.

11H TU: Le premier grand problème de cette élection à été enregistré en commune I du district de Bamako. Selon nos informations, la livraison du matériel électoral a pris un retard extraordinaire et les bureaux de vote ne se sont ouverts qu’aux environs de 11 H notamment au centre de vote de Djoumazana où il existe 58 bureaux de vote.

10H30 TU : Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de l’aménagement du territoire, le colonel Moussa Sinko Coulibaly, a accompli son devoir civique au centre de vote du groupe scolaire II de Sogoninko. Le chef du département qui s’occupe de l’organisation matérielle du scrutin a livré son impressions sur cette matinée électorale : «Nous avons fourni de très gros efforts pendant ces derniers mois afin d’arriver à ce résultat. Pour le moment, tout se déroule plutôt bien. Je suis extrêmement satisfait».

Question d’Afribone : Quelles mesures peut-on retenir comme garantie de neutralité de l’administration dans le processus électoral ?

Réponse du ministre : «C’est ce travail que nous avons fait depuis plus d’un an. Il s’agit d’associer tout le monde : les représentants des partis politiques et de la société civile ainsi que toutes personnes désirant avoir des informations sur le processus électoral. Ce processus est totalement transparent et le restera jusqu’au bout».

Visiblement ému, le représentant du Pnud a souligné sa satisfaction d’avoir «contribué à quelque chose qui est utile pour ce pays». «Le peuple malien est en train de poser un acte très important pour l’avenir. J’ai toujours cru au processus», a expliqué M. Aurélien Agbenonci.

9H 00 TU : Dioncounda Traoré qui a voté à Lafiabougou s’est dit « satisfait des conditions générales d’organisations du scrutin ». « Je pense que de mémoire de maliens, c’est le meilleur scrutin qu’on organise depuis » des années, a estimé le chef de l’État. “J’espère que les choses vont continuer avec autant d’enthousiasme pendant toute la journée”, a-t-il souligné.

De longues files d’attente sont installées autour des différents centres de vote. Si à Hamdallaye, le matériel électoral a été à temps, le retard dans la livraison des isoloirs a engendré un retard dans l’ouverture des bureaux à Badalabougou où votent les candidat Soumaïla Cissé et Racine Seydou Thiam. Ici, le vote proprement dit a débuté aux environs de 9 heures.

8H00 TU : Les cinq bureaux de vote de l’école Plateau 1er cycle de Hamdallaye (Bamako) où nous nous sommes rendus à 7 heures ont effectivement ouvert à l’heure.

jpg_une-1978.jpg

© AFRIBONE – Le 28 Juillet 2013