Partager

Le 15 mai, Journée internationale des familles, a été marqué jeudi 16 mai à la Cité des enfants par une série d’expositions sur le thème « parents, familles : responsabilités et défis » pour amener la population à une prise de conscience collective face aux dangers du phénomène du mariage précoce qui ronge nos sociétés.

Le mariage précoce a été choisi comme le sous-thème à la célébration de la Journée internationale des familles, proclamée par l’Assemblée générale des Nations unies dans sa résolution 47/237 du 20 septembre 1993. Le mariage précoce ne concerne pas seulement que les fillettes, il affecte aussi les garçons dans une proportion moindre.

Au Mali, la proportion est de 5 pour 50, selon un rapport du Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap) de mars 2001. Les causes directes du mariage précoce, selon Dr. Boureima Téréta, sont la pauvreté, la volonté de sauvegarder l’honneur de la familiale et la virginité de la fillette…

Pour sa part, Dr. Bréhima Maïga dira que la non maturité des organes de reproduction peut causer des troubles biologiques et psychologiques chez les personnes victimes du mariage précoce.

L’objectif général de la Journée était d’informer et de sensibiliser la population sur les dangers du mariage précoce, d’une part, et d’autre part, de renforcer le rôle de la famille pour l’abandon de la pratique, de contribuer à l’amélioration de la santé de l’enfant et d’impliquer les leaders communautaires et religieux dans la lutte.

Adama Kodjo

(stagiaire)

19 Mai 2008