Partager


Les dirigeants du monde se réuniront en septembre à Accra dans le cadre du 3ème forum de haut niveau pour évaluer les progrès réalisés dans la mise en oeuvre de la déclaration de Paris. Une déclaration qui a été signée en mars 2005 par plus de 100 pays et bailleurs de fonds, prenant l’engagement de réformer l’aide au développement de manière à la rendre plus efficace.

Déjà dans le cadre de la prise en compte des préoccupations des femmes dans la mise en oeuvre de la déclaration, les femmes de l’Afrique de l’Ouest ont organisé une rencontre préparatoire à Lomé sur cette déclaration afin d’infuencer les décisions de la réunion d’Accra du 25 au 27 juin 2008.


Mieux impliquer la sociéte civile

Pour une plus grande participation de la société civile malienne WILDAF/MALI a organisé une journée de restitution de la rencontre préparatoire de Lomé sur la déclaration de Paris. Cette journée avait pour objectif d’informer la société civile malienne sur ce qui a été dit à Lomé et ce qui va se faire à Accra.

Ainsi, au cours de cette journée, WILDAF/MALI a fait la présentation du contexte de la rencontre de Lomé, la genèse de la déclaration de Paris. Avant de faire point de la déclaration de Lomé (des femmes de l’Afrique de l’Ouest sur l’efficacité de l’aide et l’égalité des sexes) et du plan d’action des femmes de l’Afrique de l’Ouest avant, pendant et après Accra.

Sortir un document commun

Pour cela, les organisations de femmes qui étaient à Lomé comptent mener des actions à la base pour informer les femmes qui font les contributions et propositions. D’où l’organisation cette journée de restitution par WILDAF/MALI. Ces différentes contributions et propositions sont recensées pour sortir un document commun qui soulignera la position des femmes de l’Afrique de l’Ouest.

Pendant le forum de haut niveau d’Accra, les femmes africaines feront part de leur position à travers le plaidoyer auprès des décideurs, l’objectif étant d’influencer les décisions à Accra en faveur des femmes, c’est-à-dire la prise en compte des préoccupations des femmes en matière d’aide au dévéloppement.

Après Accra, selon leur plan d’action, les femmes de l’Afrique de l’Ouest, après avoir fait un bilan de leur participation par rapport à leurs forces et faiblesses, feront le Lobbying et le suivi national. Et cela pour faire appliquer les décisions d’Accra afin que leurs préoccupations pour l’égalité des sexes soient prises en compte dans les processus nationaux développement.


Dado CAMARA

04 Aout 2008