Partager

Le vendredi dernier a eu lieu à Dougourakoro une journée de reboisement par l’Association Kangaba avec la participation de l’Association “Numuso”. L’objectif était de remplacer certaines espèces d’arbres qui tendent à disparaître de ladite localité.

C’est aux environs de 9 heures que le reboisement a débuté à Dougourakoro situé à environ 7 kilomètres de Yirimadio vers le nord-est. Tous les jeunes du village ainsi que certains adultes dont le chef de village en tête et le Directeur de l’école s’étaient mis au pas pour donner à cette journée de reboisement tout son sens.

LE DEROULEMENT DE L’OPERATION
L’organisateur n’est autre que monsieur Hervé Dépardieu, président de l’Association Kangaba et propriétaire d’un domaine de 4 hectares, un campement situé à environ une demi-douzaine de kilomètres de Dougourakoro. Les plants concernés étaient le caïlcédrat et le “Dougoura” (plante qui a donné son nom au village).

Au total, 1000 pieds ont été plantés sur une distance de 5 kilomètres et espacés chacun de 10 mètres, des deux côtés de la route qui mène au village.

Pendant que certains descendaient les plantes du véhicule en les plaçant aux endroits convenus d’autres creusaient les trous, les troisièmes plantaient les pieds d’arbres, tandis que les derniers procédaient à la clôture en évitant que les animaux les broutent.

UN TRAVAIL HARMONIEUSEMENT ORGANISE

C’est dire que le travail était harmonieusement organisé par les habitants du village. Et tout se déroulait au rythme de la musique provenant d’un camion 10 tonnes qui transportait les plantes.

Rappelons que Hervé Dépardieu s’est installé là depuis 2000. A cet effet, il achetait les djembés fabriqués par les membres de l’Association “Numuso”. En contrepartie, chaque année, il organise une journée de reboisement dans une localité. Le coût de l’opération de cette année s’élève à 300 000 F CFA.

QUELQUES ACTIONS DE L’ASSOCIATION

C’est ainsi qu’en 2000, 1 hectare a été planté en “lingué” à Kasséla , en 2001, 2000 plants autour de l’atelier , en 2002 à Faya, 5000 graînes ont été semées , en 2003, 2 hectares ont été plantés en collaboration avec l’ONG ADC à Goloblagi et Djangola (Kita), en 2004 en collaboration avec Stop Sahel, 2 hectares dont 1 à Kassan et 1 à Soulazan Dalala ont été plantés.

La même année 1111 Gmélina (plante locale) ont été remis à l’Association Dakan , en 2005, l’Association Kangaba a offert plus de 1000 plants à Stop Sahel et planté 2000 pieds à Kodougouni et 1500 à Kalaké, en 2006 après avoir reçu la visite surprise de Nancoman Keïta alors ministre de l’Environnement, les activités de fabrique de djembé ont été suspendues et un procès s’en est suivi à la défaveur de Hervé Dépardieu et l’Association “Numuso”.

A cet effet, l’Association a planté 500 plants au sein du campement. Nous avons visité le site où se trouvent ces 500 plants. Ils ont bien réussi à cause de leur entretien. D’ailleurs, Hervé a promis de suivre l’évolution des plants de cette année à travers ses promenades de vélo chaque dimanche.

UN GESTE HUMANITAIRE POUR LE CHEF DE VILLAGE

Le chef du village de Dougourakoro, Abdoul Kadri Diarra a exprimé toute sa joie et sa reconnaissance à Hervé Dépardieu car, pour lui, ce reboisement est un geste humanitaire permettant de restaurer le couvert végétal. Il a rappelé que son village avoisinant aujourd’hui 3000 habitants a été créé il y a 177 ans et depuis lors, 12 chefs de village se sont succédés.

Le village a été fondé par des Diarra venus de Baguinéda. On y trouve plusieurs ethnies maliennes composées de Diarra, Coulibaly, Traoré, Diakité, entre autres. Le village tire son nom de la plante appelée en bamanan Dougoura. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle des pieds de cette plante ont été plantés dans le village car, l’espèce tendait à disparaître.

La danse des masques organisée dans l’après-midi au village a mis fin à la cérémonie de reboisement.

B.S

30 juillet 2007.