Partager

Lever le voile sur les modes de transmission de la pandémie du siècle, faire un plaidoyer en faveur de ceux qui vivent avec le VIH Sida afin qu’ils ne soient plus la cible des critiques acerbes et autres brimades tels étaient les objectifs de cette journée de plaidoyer parrainée par la première dame du Mali, Mme Traoré Mintou Doucouré qui avait à ses côtés le ministre de l’action humanitaire, Dr Mamadou Sidibé assurant l’intérim de son homologue de la santé ; Rokiatou Guikiné, ministre des maliens de l’extérieur, Malick Sène le secrétaire général du Haut Conseil National de lutte contre le Sida. C’était le jeudi 06 Décembre 2012 dans la cour du Centre de Santé Communautaire de Kalaban Coro.

«La lutte contre le sida nous interpelle tous et à quelque niveau que ce soit. C’est la raison pour laquelle les pouvoirs publics l’ont inscrit comme une priorité nationale, et j’en suis convaincu que leur soutien aux initiatives et autres activités dans la lutte contre le fléau ne fera point défaut ». C’est par ces mots que Mme Traoré Mintou Doucouré a entamé son speech. Pour elle, notre pays a atteint aujourd’hui des résultats très encourageants dans la lutte contre le sida et nous ne devons jamais baisser les bras. La première dame a invité les partenaires techniques et financiers du Mali à soutenir ces efforts nationaux pour des résultats plus éclatants encore. Elle a indiqué que le choix qui s’est porté sur le centre de santé de Kalaban Coro n’est pas fortuit car elle traduit la lutte qu’a menée et que continue de mener ce centre de santé tout en réitérant le vœu que les jeunes de Kalaban Coro fassent de la lutte leur leitmotiv. Elle a brandi la carte du trois zéros : zéro nouvelle infection, zéro discrimination et zéro décès lié au sida.

C’est là un défi que nous devons tous nous engager à le relever, a-t-elle ajouté. Le ministre de l’action Humanitaire, le Docteur Mamadou Sidibé assurant l’intérim du ministre de la santé, a salué l’initiative du Haut conseil de lutte contre le sida et tous ses partenaires pour l’organisation d’une telle journée qui permet au citoyen lambda d’avoir des informations sur le sida. Pour lui, l’édition 2012 de la campagne nationale de lutte contre le sida nécessite d’une part la mobilisation sociale et financière de tous envers les personnes infectées et affectées et d’autre part une plus grande implication des décideurs et de la communauté en charge des ces personnes.

Quant à Malick Sène, le secrétaire du Haut conseil national de lutte contre le sida, il a souligné que grâce aux résultats probants, le Mali est parmi les pays où la maladie est en train de prendre du recul et cela a cause de la pugnacité de tous les acteurs. Tout en appelant les partenaires techniques et financiers à continuer d’apporter leur soutien pour l’atteinte d’autres résultats plus probants. Il a invité les jeunes à se rendre massivement dans les centres de santé pour se dépiste. Car pour lui connaitre son statut sérologique est aussi une meilleure forme de lutte contre la pandémie.

Moussa Samba Diallo

Le Républicain du 7 Décembre 2012