Partager

Organisée par le Forum des Educatrices Africaines (FAWE), en collaboration avec le ministère de l’éducation nationale, la cérémonie a eu lieu sous la présidence de Mamadou Kéïta de l’enseignement secondaire général.

Mme Samassékou Kankou Traoré présidente du Fawe-Mali, Mme Maïga Kadidiatou Baby coordinatrice du Fawe-Mali, directrices des deux académies d’enseignement du district de Bamako, et nombreux enseignants et élèves des écoles partenaires du Fawe, étaient présents à la cérémonie.

Malgré les efforts fournis par les autorités publiques, le système éducatif malien reste encore marqué par le déséquilibre entre garçons et filles.

C’est pourquoi face à cette situation, le Fawe œuvre depuis plusieurs années déjà, afin d’inverser cette tendance.

Initié depuis 2000 par le FAWE, la journée de l’éducation de la fille a pour objectif, selon sa présidente, de mobiliser tous les partenaires de l’école, populations, décideurs, partenaires techniques et financiers, Ong et associations, autour de la problématique de l’éducation de la fille en ciblant un thème précis et également pour mener des actions concrètes.

Cette année, un ordinateur par établissement a été offert par le Forum des éducatrices africaines aux écoles secondaires partenaires comme l’Ecica, le Lycée Technique, le Lycée Massa Makan Diabaté, et Fily Dabo Sissoko.

Egalement, la première édition du prix d’excellence des femmes exerçant dans les médias a été lancée.

Femmes journalistes qui se seront illustrées dans le combat en faveur de l’éducation des filles, seront récompensées par ce prix.

En guise de reconnaissance à l’endroit de tous les partenaires de l’école, le Fawe envisage de primer 5 personnes parmi lesquelles deux hommes.

Ce prix est déjà crée dans certains pays comme le Burkina Faso, le Ghana et l’Afrique du Sud.

Filles du cycle fondamental issues de couches défavorisées sont également parrainées par le Fawe, afin de les pousser à aller de l’avant dans leurs études.

Une dizaine de filles à Bamako, une dizaine de filles à Tombouctou ont été prises en charge au 1er cycle par le Fawe.

Sur la trentaine de filles parrainées par le Fawe au second cycle, 25 ont été admises au DEF, l’année scolaire passée.
Cette année, le Fawe envisage de porter à 30, le nombre de filles à soutenir matériellement dans leurs études.

25 octobre 2005.