Partager


En collaboration avec l’Assemblée Permanente d’Agriculture du Mali (APCAM) et tous les acteurs de la filière mangue, le Programme Compétitivité et Diversification Agricoles (PCDA) a organisé, le mardi 29 Avril 2008, au Palais de la Culture Amadou Hampaté Bah, la première édition de la Journée de la Mangue, inscrite sous le thème “La mangue du Mali: ensemble pour un label de qualité”.

En plus du ministre de l’Agriculture, M. Tiémoko Sangaré, la cérémonie d’ouverture de cette journée a enregistré, entre autres, la présence du président de l’APCAM, M. Bakary Togola, du coordinateur du PCDA, M. Gagny Thimbo, des acteurs de la filière mangue.

Cette journée, qui se tient en marge du Salon International de l’Agriculture (SIAGRI) consacre aussi le lancement de la campagne 2008 pour la filière mangue du Mali.

Aussi, l’un des objectifs du PCDA consiste à contribuer à la levée des contraintes critiques au développement d’un certain nombre de filières commerciales agricoles pour lesquelles le Mali jouit d’un avantage comparatif et d’opportunité de marché confirmée.

Ainsi, ce programme cherche à promouvoir une agriculture commerciale comme alternative à l’agriculture de subsistance. Pour ce faire, le PCDA a adopté, pour un départ, un portefeuille de neuf filières prioritaires à accompagner, dont la filière mangue. Pour chacune de ces filières prioritaires, le PCDA a élaboré des Plans de Développement Stratégiques (PDS) et des Plans de Compétitivités Filières (PCF).

Ces plans de compétitivité sont des outils d’orientation et de référence pour la prise de décisions sur les investissements stratégiques à entreprendre au niveau des filières prioritaires ciblées. Ils visent ainsi à fournir un tableau de bord, avec une série d’outils pour opérationaliser les plans d’affaires des filières, dans le cadre d’une concertation public-privé.


Le Plan de Compétitivité Filière Mangue

Selon le coordinateur du PCDA, cinq chaînes d’approvisionnement ont été identifiées, sur lesquelles sa structure se propose d’intervenir pour améliorer la compétitivité de la filière. Il s’agit, entre autres, des chaînes d’approvisionnement de la mangue d’exportation par voie maritime sur les marchés européens, par voie aérienne sur les marchés internationaux; des chaînes d’approvisionnement des produits de transformation de la mangue pour l’approvisionnement des marchés urbains au niveau national et sous-régional: jus, confitures, vinaigre, etc.

Aussi, le coordinateur indiquera qu’il est établi que dans notre pays, la filière mangue renferme d’énormes potentialités, tant sur le plan de l’offre de production que sur celui des opportunités de marchés aux plans national, sous-régional et international.

Cependant, le coordinateur du PCDA a conseillé que pour saisir ces opportunités commerciales, les acteurs et partenaires pour le développement de la filière doivent relever certains défis majeurs tels qu’ une meilleure connaissance des filières et des marchés;
la disponibilité des infrastructures logistiques de conditionnement, de stockage, de conservation, de transport et de transformation; le renforcement des capacités des acteurs de la filière. la facilitation de l’accès au financement, pour les opérateurs de la filière.


Comment relever ces défis ?

Selon le coordinateur, pour relever ces défis, le PCDA envisage d’entreprendre certains initiatives en fonction de sa stratégie d’intervention, à savoir, l’approche chaïne de valeur et le pilotage à partir du marché.

Ainsi, ile programme a décidé de structurer ses internventions autour de d’autres domaines tels que l’amélioration de l’infrastructure de communication reliant les bassins de production aux marchés de destination; la mise en place d’une infrastructure logistique de conditionnement pour faciliter les opérations post- récoltes et répondre aux exigences des marchés ;

le développement des capacités organisationnelles et institutionnelles des acteurs de la filière tout au long des chaînes d’approvisionnement ; la connaissance des bassins de production et des marchés par l’évaluation du potentiel de production et la mise en place d’un système de veille commerciale.

La réalisation de ces activités permettra au Mali d’améliorer son positionnement compétitif sur les marchés d’exportation désormais globalisés et fortement concurrentiels” , a noté le coordinateur du PCDA, avant d’émettre le voeux que cette Journée de la Mangue soit institutionnalisée.

En réaction à ce voeux, le ministre de l’Agriculture, M. Tiémoko Sangaré, a promis non seulement d’institutionnaliser cette a Journée, mais aussi de prendre toutes les mesures pour accompagner les bonnes initiatives.

Cependant, il a invité les producteurs à mettre les bouchées doubles en menant des actions concrètes.

Moussa TOURE

30 Avril 2008