Partager

En s’inclinant (1-2) devant leurs homologues de la Zambie, les Aigles espoirs hypothèquent leur chance d’être au rendez-vous de Pékin-2008. C’était le mercredi dernier au Stade du 26-Mars.

« Nous sommes venus au Mali pour faire un bon résultat », avait prévenu l’emblématique Peter Kaumba, entraîneur des espoirs zambiens, avant le match. Et il a tenu parole puisque ses poulains ont battu les protégés de Mory Goïta par 2-1. Cette rencontre, disputée mercredi dernier au Stade du 26-Mars de Bamako, entrait dans le cadre de la 2e journée des éliminatoires des Jeux olympiques « Pékin-2008 ».

La sélection malienne, à l’image de son capitaine Boubacar Coulibaly, est totalement passée à côté de cette rencontre capitale qu’elle devait gagner pour se replacer dans la course à la qualification en occupant la tête de son groupe. Hélas ! Les protégés de Mory Goïta resteront scotchés à la dernière place avec seulement 1 point en deux journées disputées, ce qui annonce une autre désillusion pour le football malien.

Même si le Mali était arrivé au stade des quarts de finale lors des derniers Jeux olympiques « Athènes-2004 » (Grèce), la victoire zambienne est loin d’être un exploit. Mercredi dernier, il n’y avait qu’une seule équipe sur la pelouse du 26-Mars : le Mighty Zambia ! Il ne faut pas avoir peur des mots.

En 90 minutes, les poulains de Mory Goïta n’ont jamais su résoudre les équations posées par les Zambiens. Avec une attaque figée et inefficace, un milieu inexistant, la défense malienne a pris tout le poids du match. N’eut été la classe du jeune portier, Oumar Sissoko, l’addition allait être plus salée.

Pour contrer le Mali, les Zambiens ont pris tous les risques sur le plan de l’engagement dans le jeu. Une pression trop forte qui a amené le Mali à l’implosion. Deux attaquants de petit gabarit (Sigus Chibambo-Timothy Mbewe), un milieu de terrain complémentaire et une défense hermétique ont permis aux Zambiens de mener à bien leur mission.

Dans les duels, l’équipe de Mory s’est montrée peu conquérante. La merveille tactique a fait défaut dans tous les compartiments du jeu. Toutes les individualités maliennes sont restées méconnaissables.

A l’exception du portier Sissoko et, dans une moindre mesure, Amadou Diamouténé qui a essayé de changer le cours du jeu à son entrée sur le terrain. Les espoirs maliens n’ont jamais fait preuve de cette maturité tactique qu’on attendait d’eux.

Il est vrai que la sélection malienne était privée de certains piliers comme Issa Traoré (suspendu), Drissa Diakité et Alphousseyni Kéita retenus chez les Aigles pour le match amical Mali-Burkina (3-2). Mais, ces absences ne peuvent pas justifier à elles seules la lamentable prestation des poulains de Mory Goïta.

C’est que ces espoirs manquent de tout au niveau du jeu. A commencer par le mental et la cohésion tactique qui leur ont fait terriblement défaut. C’est dire qu’il y a beaucoup de choses à changer au sein de cette jeune formation si on espère encore se qualifier pour les JO-2008.

En tout cas, en véritable commando, les Zambiens sont venus obtenir une précieuse victoire qui leur permet de se maintenir à la tête du groupe avec 6 points. La seconde place est occupée par la Côte d’Ivoire (3 points) victorieuse du Sénégal (2-0) à Abidjan. Le Mali est 3e avec 1 point grâce à un meilleur goal différentiel que le Sénégal.

La prochaine sortie des Aigles espoirs est programmée pour le week-end des 8 et 9 septembre 2007 à Abidjan contre la Côte d‘Ivoire. Gageons, que d’ici là, l’encadrement technique tirera toutes les leçons de la déconvenue de Bamako afin d’espérer sur un meilleur résultat.

Moussa Bolly et
Boubacar Diakité

24 août 2007.