Partager


Avec 40 médailles, dont 12 en or, les sportifs du continent ont remporté plus de médailles que lors des précédents Jeux olympiques (35 médailles dont 9 en or, comme en 2000 à Sydney). Au classement des nations, le Kenya détrône l’Ethiopie, patrie des deux souverains du fond, Dibaba et Bekele. Le Nigeria assure, l’Afrique du Sud s’effondre, le Togo, Maurice et le Soudan remportent leurs premières médailles… Bilan complet des 13 pays récompensés.

jeu.jpg
Douze médailles d’or, 14 médailles d’argent et autant de médailles de bronze : tel est le bilan chiffré des sportifs africains à Pékin. Quarante podiums partagés en 13 pays, soit quatre de plus qu’à Sydney et à Athènes (Togo, Maurice, Soudan, Algérie et Tunisie ne figuraient pas au palmarès 2004, tandis que l’Erythrée repart cette fois bredouille).

Une plus grande représentativité qui explique en partie le bilan positif de la quinzaine : si elle n’avait pas placé des représentants sur le podium de disciplines aussi marginales pour elle que le kayak ou le judo, l’Afrique aurait présenté grosso modo les mêmes chiffres que lors des précédents rendez-vous. Avec son point fort, l’athlétisme (10 des 12 médailles d’or), et ses points faibles (à peu près tout le reste, malgré les montées en puissance du judo nord-africain et la bonne tenue de la natation grâce aux talents conjugués de Coventry et Mellouli). Analyse pays par pays.


Ils ont touché l’or

Kenya : 5 Or, 5 Argent, 4 Bronze (15e toutes nations confondues).

Avec 14 médailles, le meilleur total olympique de son histoire, le pays des Hauts plateaux est le grand gagnant africain de ces Jeux. Il devance même au classement des nations sa grande rivale, l’Ethiopie, ce qui n’était plus arrivé depuis les J.O. de Barcelone en 1992. Cette première place s’explique ainsi : outre son royaume du demi-fond, le Kenya empiète largement sur le pré carré des Ethiopiens, les courses de fond, alors que ces derniers, qui raflent tout sur 5 000 et 10 000 mètres, n’existent quasiment pas sur les distances inférieures.

A l’image de Samuel Wanjiru, premier Kényan sacré champion olympique du marathon, les talents nationaux sont plus variés : Brimin Kipruto a remporté le 3 000 mètres steeple, chasse gardée nationale certes, Pamela Jelimo et Wilfred Bungei (photo) ont fait régner leur loi sur 800 mètres, Nancy Jebet Langat s’est imposée sur 1 500 mètres alors que Catherine Ndereba a pris la médaille d’argent du marathon, tout comme Eunice Jepkorir sur le premier 3 000 mètres steeple féminin olympique… Quatorze athlètes ont remporté quatorze médailles : autre preuve irréfutable de la taille du réservoir kényan.


Ethiopie : 4 Or, 1 Argent, 1 bronze (18e)

Un roi, une reine, un éternel dauphin et un bronze pour finir. Tel est le bilan éthiopien, avec une confirmation : Kenenisa Bekele et Tirunesh Dibaba, auteurs tous les deux d’un fantastique doublé 10 000-5 000 mètres, sont des athlètes d’exception, et une interrogation : qui suivra ? Hormis Sileshi Sihine, le futur époux de Dibaba, qui est à Bekele ce que Poulidor était à Anquetil dans le Tour de France, seul Tsegay Kebede, 3e du marathon, a réussi à se hisser sur un podium.

Avec huit médailles à Sydney, sept à Athènes, et donc six à Pékin, l’Ethiopie poursuit sa lente érosion et cède la première place continentale au Kenya. Pour le moins préoccupant. Le système collectiviste, à l’opposé de l’ultra-individualisme kényan, a-t-il atteint ses limites ?

Zimbabwe : 1 Or, 3 Argent (38e)

Un succès nommé Kirsty Coventry. La nageuse offre à elle seule 4 médailles à son pays : l’or sur 200m dos (dont elle a établi un nouveau record du monde), l’argent sur 400 mètres 4 nages, 100 mètres dos et 200 mètres 4 nages. C’est mieux qu’à Athènes où elle était « seulement » montée sur les trois marches du podium. Mais que deviendra le bilan olympique du pays d’Afrique australe sans elle ? A Londres, Coventry aura 29 ans, un âge déjà très avancé en natation…

Cameroun : 1 Or (52e)

En conservant son titre olympique au triple saut, Françoise Mbango est définitivement devenue la plus grande sportive camerounaise de l’histoire. A 32 ans, après avoir donné naissance à un garçon en 2006, elle a su retrouver son meilleur niveau pour faire triompher de nouveau sa technique féline et son mental exceptionnel. Record olympique en prime (15m39) ! Les Lionceaux, en revanche, n’ont pas réussi leur pari. Eliminés en ¼ de finale par le Brésil, ils ne succèderont pas à leurs grands frères de Sydney, champions olympiques.


Tunisie : 1 Or (52e)

Le titre africain que l’on n’attendait pas, celui d’Oussama Mellouli sur 1500 mètres nage libre, au nez et à la barbe des favoris. Suspendu 18 mois fin 2006 pour avoir consommé des amphétamines (pour mieux préparer ses examens universitaires, assure-t-il), le Tunisien âgé de 24 ans est revenu juste à temps pour offrir à son pays natal (il étudie et s’entraîne aux Etats-Unis) sa seule médaille à Pékin. Du plus beau métal.


Les autres pays medaillés


Nigeria : 1 Argent, 3 Bronze (61e).

Ils ne l’ont pas fait mais ils remportent une superbe médaille d’argent. Les Golden Eaglets (photo), les footballeurs nigérians rêvaient de succéder à leurs aînés de 1996 et conquérir un deuxième titre olympique. Les coéquipiers du capitaine Victor Obinna Nsofor ne se sont inclinés qu’en finale (1-0) devant l’Argentine de Lionel Messi après un parcours remarquable. Le pays le plus peuplé d’Afrique noire repart avec trois autres médailles de bronze, tout aussi méritoires : pour Blessing Okagbare à la longueur féminine, pour les relayeuses 4x100m et pour le taekwondoiste Chika Chukwu-Merije chez les plus de 80 kg.


Algérie : 1 Argent, 1 Bronze (65e)

C’est l’un des grands enseignements de ces Jeux : l’avènement du judo nord-africain. Amar Benikhlef a remporté l’argent chez les moins de 90 kg et sa compatriote Soraya Haddad est entrée dans l’histoire en devenant la première judokate africaine médaillée olympique. Elle a terminé 3e des moins de 52 kg. Déception en revanche en athlétisme et en boxe, bredouilles.

Maroc : 1 Argent, 1 Bronze (65e).

Comme prévu, les premiers Jeux post-El Guerrouj ont été difficiles pour les sportifs du royaume chérifien. En terminant 2e du marathon, l’expérimenté Jaouad Gharib a donné des allures moins faméliques à un pâle bilan, seule la vétérane Hasna Benhassi ramenant avec lui une médaille en terminant 3e du 800 mètres. L’arbre ne cache plus la forêt, et la relève tarde à s’affirmer…

Afrique du Sud : 1 Argent (71e).

LA grande faillite africaine de ces XXIXe Jeux d’Eté. Présente dans un nombre élevé de disciplines, la nation arc-en-ciel ne ramène qu’une seule médaille, l’argent de Godfrey Khotso Mokoena (photo) au saut en longueur. Les Sud-africains étaient revenus d’Athènes avec 6 podiums, dont une médaille d’or. Le recul est terrible.
Soudan : 1 Argent (71e).

Déjà sacré aux Mondiaux d’athlétisme, le Soudan n’avait jamais remporté la moindre médaille olympique. C’est chose faite grâce à Ismail Ahmed Ismail (photo), 2e du 800 mètres. Le Soudan est chronologiquement le 25e pays africain à avoir conquis une médaille olympique, l’un des trois nouveaux avec le Togo et Maurice.

Egypte : 1 Bronze (81e)

Bien maigre butin pour le pays des Pharaons, qui ne récolte qu’une médaille de bronze grâce au judoka Hesham Mesbah chez les moins de 90 kg. A Athènes, l’Egypte avait enregistré 5 podiums, dont une médaille d’or. Comme pour l’Afrique du sud, la chute est rude.

Maurice : 1 Bronze (81e)

Il a sauvé l’honneur in extremis d’une bien pâle boxe africaine. Troisième dans la catégorie des moins de 54 kilos, Bruno Julie (photo, en bleu) permet également à l’Ile Maurice d’entrer au palmarès des pays médaillés olympiques : 24e pays africain de l’histoire.

Togo : 1 Bronze (81e)

Il a 28 ans, il est né en France, il vit et s’entraîne dans l’Hexagone, mais Benjamin Boukpeti a choisi de défendre les couleurs du pays de son père, le Togo. Tout le monde est content : en prenant la 3e place de la finale du kayak monoplace, celui qui n’avait qu’un vague souvenir d’enfance de Lomé apporte au Togo la première médaille olympique de son histoire. Le Togo, 23e pays africain médaillé aux Jeux.

RFI du 24 Août 2008