Partager

Au cours des débats, l’accent a été mis sur le rôle et l’importance de la jeunesse dans une campagne électorale. Dans ce cadre, beaucoup d’efforts restent à fournir en matière de technique pour impliquer les jeunes dans le processus électoral.

Constituant un élément majeur dans la société, le rôle et l’importance de la jeunesse est de plus en plus revendiqué pendant les élections. Ce rôle reste encore ignoré car la jeunesse est confrontée à un problème d’engagement.

Diplômée en science politique, Mme Adrienne Lever, la conférencière, est l’une des organisatrices de la campagne d’Obama.
Elle a expliqué à la jeunesse malienne son expérience propre pendant les dernières élections aux Etats-Unis. Comment la jeunesse peut avoir un impact positif sur une campagne électorale, comment devenir leader dans la politique et les activités spécifiques pour persuader les gens à s’engager et à voter.

Pour Mme lever, il faut privilégier le volontariat. Les jeunes doivent s’engager volontairement vu l’importance de leur rôle dans la société. A l’entendre, les besoins de la jeunesse sont particulières, et si elle ne s’engage pas, ses besoins risquent d’être ignorés.
Pour convaincre la jeunesse, Mme Lever a pris l’exemple sur les élections aux Etats-Unis qui a vu la victoire du candidat démocrate avec 52, 9 % de voix.

Les techniques pour convaincre
Pour elle, c’est grâce à l’engagement de la jeunesse qui a battu campagne par tous les moyens légaux qu’Obama est président. Les techniques pour convaincre la population ne manquent pas. « L’organisation des activités traditionnelles constitue une des techniques phares d’une campagne, c’est-à-dire faire le porte à porte, avoir un contact permanent avec la population. Il faut que les jeunes comprennent que les élections ne sont pas une perte de temps que leurs voies comptent », explique la conférencière.

Selon Mme Lever, « pendant une campagne électorale, il faut des techniques propres pour parler à quelqu’un. Avant tout, il faut le respect des croyances et demandé l’opinion des gens. Le respect, l’inclusion et la passion doivent dominer tout au long de votre parcours ».

Les intervenants ont chacun déploré qu’au Mali, qu’il n’y a pas de techniques propres pour l’engagement de la jeunesse dans le processus politique, et cela est dû au fait que la jeunesse est toujours victime des fausses promesses de la part des politiciens. Aussi, la jeunesse ne s’engage pas sans pour autant avoir un intérêt particulier.
« L’éducation joue un rôle capital pour l’engagement de la jeunesse. La jeunesse mérite d’être formée pour la rendre moins indifférente aux problèmes politiques », a affirmé M. Thiam, un intervenant.

Anne-Marie Kéita

26 aout 2010