Partager

La communauté musulmane de notre pays observe, depuis le 12 août dernier, le jeûne du mois de ramadan. Ce mois béni pour les musulmans est au plan spirituel un moment d’abstinences et de grande ferveur religieuse. Malgré que l’organisme s’adapte à toutes les conditions, selon le spécialiste, il n’est pas conseillé aux personnes qui souffrent de pathologie cardiaque de jeûner. Mais pour Dr Ibrahima Sangaré, malgré cette mise en garde des spécialistes, certains malades s’entêtent à jeûner. Ce qui, à ses dires, peut entrainer les accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou une paralysie chez les hypotendus qui ne parviennent pas à respecter le régime.

Dr Ibrahima Sangaré, d’indiquer que le jeûne peut avoir des avantages de même que des conséquences sur le plan sanitaire. Il a soutenu que l’organisme s’habitue au jeûne, avec une phase d’adaptation, puis une phase d’équilibre. Si le rythme d’activité est modéré, le jeûne est généralement bien supporté.

Concernant les prises de médicament, par exemple les patients hypertendus qui ont un traitement en deux prises, une le matin, une le soir, il n’y a pas de contre indication. Ils peuvent jeûner, signale t-il. Mais si le médicament, ou l’insuline pour les diabétiques, doit être pris en trois prises, « là il faut il n’est pas conseillé de jeûner » a-t-il averti.

Il expliquera que le jeûne, dans son ensemble, permet d’éliminer l’énergie négative dans le corps surtout les excès de graisse et de poids en particulier chez les obèses. L’observance du jeûne est avantageuse pour ces patients. Il a aussi souligné que l’on peut jeûner et prendre du poids et cela dépend de comment on fait la rupture.

Toute chose s’expliquant par le fait que, souvent, il y a des personnes qui passent toute la nuit à manger très sucré et très gras. Ce que déconseille Dr Sangaré.

Cependant, en diététique, il recommande de prendre comme petit déjeuner des aliments laitiers, des aliments contenant des sucres lents, tels que des céréales, des fruits frais pour les vitamines, entre autres.

Quant au repas de la rupture, il doit être composé, à son avis, de boissons abondantes en évitant les produits sucrés. Il se fera de préférence en des intervalles de temps, à savoir la rupture simple avec des aliments liquides et le repas dans un deuxième temps avec beaucoup de légumes. Il invite aussi à manger du poisson et d’éviter la viande rouge. Enfin, il encourage de manger léger et de ne pas faire du surplus.

Ramata TEMBELY

— –

Rupture du jeûne du Ramadan : Réactiver l’organisme, sans l’agresser

Pour réactiver l’organisme sans l’agresser, l’idéal est de rompre le jeûne avec une boisson. Que ce soit un café, un thé, un verre d’eau voire un verre de lait comme le font notamment les berbères du sud marocain. Patientez quelques minutes.

La sensation de faim va alors baisser et c’est à ce moment précis que vous pourrez passer à table.

Comme c’est le cas, les autres jours de l’année, évitez de manger trop gras… Commencez par les protéines qui vous apporteront du fer, des sels minéraux et des oligo-éléments.

Ensuite, passez aux sucres lents (pâtes, produits à base de blé…).

Dans vos salades, glissez enfin une petite quantité d’acides gras essentiels sous forme d’huile de noix, de soja ou de colza.

D’une manière générale, enfin, privilégiez les fruits frais et les légumes qui vous «rechargeront » en vitamines. Et buvez de l’eau en abondance.

« Il est tout à fait possible de respecter un équilibre alimentaire après avoir jeûné», poursuit le Dr Urbejtel.

Un dernier point, dans la mesure du possible, fractionnez les prises alimentaires pour conserver un modèle à trois repas «par jour».

Et évitez d’aller au lit juste après avoir mangé.

Destination santé

18 aout 2010