Partager

Une enquête judiciaire a été ouverte en Algérie après l’apparition, dans une tribune d’un stade de football, d’une banderole jugée offensante pour l’Arabie Saoudite, sur fond de reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël, a annoncé le ministre de la Justice. Le 15 décembre, lors d’un match du championnat algérien de deuxième division, des supporteurs du club d’Ain M’lila (400 km au sud-est d’Alger) ont déployé une immense banderole affichant un portrait mêlant les visages du roi Salmane et du président américain Donald Trump, au côté de l’image de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, avec le slogan: « les deux faces d’une même pièce ». Ils accusaient par cette banderole le roi d’Arabie Saoudite, pays allié des Etats-Unis, de soutenir la décision de M. Trump de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël, une mesure unanimement condamnée -à l’exception d’Israël-, notamment par Ryad, qui l’a qualifiée d' »irresponsable ». « Le procureur de la République (…) a ordonné l’ouverture d’une enquête sur l’incident de la banderole portant atteinte au souverain saoudien » a déclaré le ministre algérien de la Justice, Tayeb Louh, cité mardi soir par l’agence étatique APS. Les résultats préliminaires ont fait ressortir qu’il s’agissait d’un « acte individuel et isolé », a-t-il affirmé.AFP