Partager

Il n’est plus à présenter au peuple burkinabè puisqu’il constitue l’un des acteurs majeurs de la transition politique au Burkina. Mieux, Yacouba Isaac Zida, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a déjà dirigé le Burkina Faso pendant près d’un mois après le départ de Blaise Compaoré en 2014, et occupé le poste de Premier ministre jusqu’à la fin de la transition. C’est une interview exclusive que nous vous proposons dans la rubrique « Mardi Politique » du jour. Lisez plutôt !« Le Pays » : Que retenez-vous de l’insurrection populaire d’octobre 2014 ?Yacouba Isaac Zida : Je voudrais saisir de prime abord, cette opportunité pour rendre un hommage aux victimes de l’insurrection et au-delà des victimes, avoir une pensée pour tous ceux et toutes celles qui, d’une manière ou d’une autre, ont souffert les effets dévastateurs de l’insurrection populaire. Au soir des élections couplées du 29 novembre 2015, j’ai eu l’occasion de rendre un hommage à notre peuple et je ne cesserai de dire que ce qui a été fait, a été possible parce que nous étions soudés et qu’au-delà de nos clivages, nous avions une ambition commune qui était de réussir cette transition, conscients que c’est ce qu’il y avait de mieux pour le Burkina Faso. Il s’agit donc de responsabilités politiques qui peuvent être amnistiées et ce ne sera pas la première fois que cela va arriver dans notre pays….Le pays .