Partager

Beaucoup de jeunes filles bamakoises rêvent de mettre le grappin sur des hommes blancs vivants à l’étranger. Amina fait partie de ce lot. Du haut de ses 18 ans, elle passe la majeure partie de ses journées dans les cybercafés. Issue d’une famille modeste, la jeune femme a abandonné ses études au niveau secondaire. Amina rêve maintenant d’épouser un français pour aller vivre à l’étranger. Depuis quelques temps, son rêve semble être sur le point de se réaliser. En effet, elle a récemment fait la connaissance de Jean Luc, un homme d’affaire français avec qui elle a noué une relation amoureuse virtuelle. Jean Luc, très amoureux souhaiterait venir au Mali pour épouser sa princesse africaine et l’amener vivre en France. Amina est très emballée par cette nouvelle aventure dont elle se vente à tout moment. Ainsi, elle a tout organisé pour épouser son prince français dans le plus bref délai. Jean Luc quant à lui, lui a promis d’entamer les processus du mariage civil dès son atterrissage.

Ainsi, de la robe de mariée, passant par la salle de réception et les alliances, la jeune demoiselle s’est chargée de tout réserver. Avec de l’argent prêté par-ci, par-là, Amina promet de rembourser ses prêteurs avec intérêt dès que Jean Luc son prince sera à Bamako.

Alors, le jour tant attendu de l’atterrissage de son fiancé, c’est avec toute sa famille et ses amies que la jeune femme est allée l’accueillir à l’aéroport de Bamako : « J’avais une pancarte à la main sur laquelle il était écrit « Bienvenue au Mali Jean Luc ». Ma famille avait apporté des collations pour accueillir leur futur beau-fils. Mes amies quant à elles avaient amené toute sorte de cadeau pour mon fiancé. Tout le monde était impatient de le rencontrer. » Raconte Amina.

Cependant, le vol indiqué par Jean Luc a atterri, et Jean Luc n’était pas à bord. Amina et sa famille ont tout de même attendu « Nous sommes restés à l’aéroport jusqu’à ce que tous les vols de la journée atterrissent. Mais Jean Luc n’était jamais à bord. C’est là que j’ai commencé à paniquer. Je me suis dit que quelque chose de grave a sûrement dû arrivée à mon fiancé pour qu’il ait raté son vol. Alors je l’ai appelé mais son numéro ne passait plus. Nous sommes donc rentrés à la maison malgré moi. »

« Le lendemain matin je suis allée au cybercafé pour prendre les nouvelles de Jean Luc. A mon désarroi, les messages qu’il m’avait laissés étaient alarmants. Il disait « Idiote, tu pensais vraiment que j’allais venir pour toi ? Une sale négresse ? Tes photos de nues sont entrain de me faire beaucoup d’argents ici. Si tu n’arrêtes pas de m’harceler, je vais les publier sur tous les réseaux pour que tous ceux qui te connaissent puissent te voir et te reconnaître… j’espère que tu as bien compris ! » Confie Amina avant de continuer « Ce jour là, je suis partie du cybercafé effondrée. Je ne ferai plus jamais confiance aux gens sur internet. »

Soumba Diabaté

@Afribone