Partager

Il est compositeur, arrangeur, multi-instrumentiste. Mais il a été révélé par un don unique de claviériste qui l’a fait accompagner les plus grands noms du show bizz : Carlos Santana, sidéré et conquis qui lui a dit simplement « tu es unique » ; Jimmy Cliff, Joe Zawinul et bien d’autres.

Salif Kéita des albums Soro et Amen ne dira pas le contraire pour avoir très tôt découvert le génie de l’enfant de Ségou dans l’arrangement, et la synthèse des sons du monde qui a produit, dans les années 1990, la catégorie à part entière qu’est désormais la « World music ».

Black Boudda, comme l’appellent ses fans et les critiques occidentaux, aime rassembler : et c’est ce qu’il a fait depuis que son premier album Mandingrove a démontré à la face du monde que le compositeur et l’arrangeur peut être une bête de scène.

Sabaly, le dernier opus produit en septembre dernier et qui demande à être réécouté pour être apprécié à sa juste valeur, est la preuve magistrale de cette passion tyranniqu de la synthèse en faisant cohabiter Toumani Diabaté, Oumou Sangaré, Dee Dee Birdgewater, Habib Koité, etc.

C’est que Ckeick Tidiane, adoré de tout le monde et qui, à son tour, aime tout le monde, est lui-même le fruit du métissage entre le Fouta –origine de son père – et le pays Senoufo d’où vient sa mère, ainsi que d’un long parcours de combattant, entre le Rail-band, le Bembeya Jazz, la galaxie parisienne et les compagnonnages qu’impose le talent, au plan international, et qui le font passer de Hanks à Nina Simone en passant par Féla.

Et comme, il le démontrera, dans quelques jours en Europe, à l’occasion d’une soirée de mémoire et de reconnaissance pour Miriam Makeba alias Mama Africa née et morte sur scène. A ces doigts magiques, d’une rareté absolue, à cet artiste généreux qui est en ambassade pour le Mali qui gagne, à Cheik Tidiane Seck, donc, auquel nous n’avons que le cœur à offrir disons toute notre fierté. Et appelons-le, sur cette clairière du mérite, à nous accompagner de ses notes princières la couronne tressée pour lui, en ce jour : janjo, et janjo un grand fils du pays.

Adam Thiam

Le Républicain du 05 Janvier 2009