Partager

adn.jpgJames Lee Woodard avait été condamné, sur la base de deux témoignages, à une peine de prison à perpétuité en juillet 1981 pour le viol et le meurtre par strangulation de sa petite amie de 21 ans dont le corps avait été retrouvé sur les rives de la Trinity River (Texas).

Malgré six demandes d’appel et deux demandes de tests ADN depuis son emprisonnement, James Woodard a dû attendre l’arrivée d’un nouveau juge, Craig Watkins, et la mise en place par celui-ci d’un programme de révision d’une centaine de demandes de test ADN pour que son cas soit à nouveau considéré, selon le Houston Chronicle.

Grâce à l’engagement d’une étudiante en droit participant au programme, Alexis Hoff, un test ADN dont les résultats ont été rendus publics en décembre 2007 a finalement innocenté l’inculpé du crime d’agression sexuelle.

Cette année, un médecin légiste a par ailleurs établi que le viol et le crime n’avaient pu être commis que par la même personne, lavant ainsi l’accusé de tout soupçon, a ajouté le journal local.

James Woodard détient le triste record du condamné américain qui a passé le plus de temps en prison malgré son innocence, selon ses avocats.

AFP Dallas, États-Unis – 29 avril 2008