Partager

Le séjour de l’ancien président de la république française durera 48 heures dans notre pays. Dès son arrivée il sera conduit à la Station compact à Baco-Djicoroni pour une visite des lieux. Avant d’être installé à l’hôtel Sofitel aux environs de 12h30.

A 16 heures, il présidera une réunion sur la lutte contre le SIDA avec des entreprises françaises et étrangères, à la CFAO-Motors. Ensuite, il ira visiter le musée national de Bamako.
A 20 heures, il sera reçu par le président ATT qui aura un tête-tête avec lui avant de l’élargir à sa délégation.

Chirac ne quittera le palais de Koulouba non sans avoir dîné avec son  » frère et ami « , Amadou Toumani Touré.

Le lendemain, il prendra son avion à destination de Mopti où il aura droit à un accueil populaire. Son cortège s’ébranlera ensuite vers Bandiagara. Dans le pays « Dogon« , où, il inaugurera une station d’adduction d’eau. Avant son retour dans la Venise malienne, l’ancien président français fera un bref arrêt dans le village de Sogho situé dans le cercle de Bandiagara.
A 16 h, il prendra son avion à l’aéroport Hambododjo de Mopti à destination de la France.

Est-il nécessaire de rappeler que Chirac dirige une fondation qui porte son nom ? Trois défis sont au cœur de son action. Ce sont : les menaces de l’environnement, la crise du développement, les dangers pour la paix. Chirac entend donc agir en priorité dans les domaines de la solidarité, notamment envers les pays du Sud, car « dans un monde globalisé, elle est une obligation morale autant q’une nécessité stratégique et un enjeu de civilisation« .

Dans l’environnement, car  » il en va de l’avenir même de la planète et de la survie de nos modes de développement économique et social« . Chirac entend également s’engager en priorité dans le dialogue des cultures et des civilisations car  » c’est l’une des conditions essentielles de la paix : dans un monde traversé par de graves crises identitaires, dans un monde de crispations et de menaces nouvelles, il faut substituer le respect de la culture et de la parole de l’autre aux logiques stériles du rejet ou de l’affrontement« .

Pour mener à bien ses objectifs, la Fondation Chirac entend peser dans le débat mondial

Forte de la légitimité et de la visibilité de Jacques Chirac sur ces sujets, la Fondation milite pour une nouvelle gouvernance mondiale, seule à même d’éviter que « notre maison brûle« . Elle s’intéresse prioritairement au problème du financement du développement, notamment dans les domaines vitaux de l’accès à l’eau, aux soins, à l’Education, à la formation à la culture.

La Fondation Chirac compte réaliser des projets de terrain, en partenariat avec des entreprises, des gouvernements et autres institutions publiques ou privées. De même, elle s’attache à soutenir ou mettre en œuvre des projets emblématiques dans chacun de ses trois champs d’action : la solidarité, l’environnement, le dialogue des cultures.

Chahana TAKIOU

13 Décembre 2007.