Partager

Ça y est, les Aigles Espoirs n’iront pas à Pékin en 2008 pour les Jeux Olympiques. Après avoir été quart-de-finalistes battus par l’Italie, les Aigles Espoirs viennent de voir leur rêve brisé, ce 13 octobre, face à la Côte-d’Ivoire.

En effet, pour la 4e journée, le Mali devait battre la Côte-D’Ivoire pour entretenir un certain espoir de qualification, tout en misant sur des défaites de la Zambie face au Sénégal. Mais le miracle n’a pas eu lieu ce 13 octobre, au Stade du 26 mars.

Mory Goïta avait une occasion de se racheter après sa déconvenue subie à Abidjan (1-3) face aux mêmes adversaires. Mais hélas, au cours de ce match, l’entraîneur des Aigles Espoirs n’a jamais su tirer les leçons des échecs précédents.
Ce qui a été fatal pour le Mali.

Après une première mi-temps réussie ponctuée par un but malien à la 39e minute sur penalty, par Amadou Sidibé, les Aigles Espoirs ont totalement “pété les plombs” en 2e mi-temps en bafouant complètement son football.

Ce qui fut grave, c’est lorsque les changements effectués par Mory Goïta n’ont pas répondu aux attentes. D’ailleurs le capitaine Alfousseini Kéïta l’a fait savoir à son entraîneur.

Profitant de cette occasion offerte par l’entraîneur malien, le coach ivoirien Gérard Gili infectera du sang neuf. Il sera récompensé aux 56e et 90e minutes par deux buts marqués par Koné Kouamatien, et Yao Kouassi Gervais.

C’est sur le score de 2 buts à 1 en faveur des Ivoiriens que l’excellent arbitre tunisien a mis fin au calvaire des joueurs maliens. Avec seulement 1 point et 3 défaites, les Aigles Espoirs sont complètement éliminés pour les J.0.

Maintenant, il restera à Mory Goïta et à sa bande de faire honneur en ayant des résultats positifs, ne serait-ce que des matches nuls face au Sénégal et à la Zambie.

Une élimination attendue

Depuis la nomination de Mory Goïta à la tête des Espoirs, l’homme n’a jamais fait l’unanimité dans le milieu sportif. Selon nos sources, il a été imposé par la fédération, pour des raisons partisanes. Autre problème: Mory Goïta n’a jamais su composer une équipe constante.

En 4 matches, l’entraîneur national montait une équipe différente. Ce qui explique ses errements et surtout ses choix tactiques qui étaient decriés. Témoin ce dernier match où l’équipe était à vocation défensive (7 joueurs défensifs). Une équipe qui était pourtant condamnée à gagner son match.

Autre difficulté de taille: le choix des joueurs convoqués par l’entraîneur national. En effet, le choix de certains joueurs locaux ne s’expliquait pas du tout. Ce qui est grave, c’est que Mory, qui est censé suivre toutes les compétitions au Mali, s’est permis de convoquer certains joueurs locaux non titulaires dans leurs clubs et souvent sans compétition.

Le pire, c’est quand l’entraîneur national fait appel à un joueur sans club et sans compétition durant plus de trois mois.

Les enseignements

Avec cette élimination, les plus hautes autorités sportives doivent s’investir davantage pour mettre fin à l’anarchie et aux faits partisans. On retiendra, parmi la centaine de joueurs, au cours de ces 4 matches joués, que seuls 4 joueurs ont été à la hauteur: Alfousseini Kéïta, Drissa Diakité, Modibo Maïga et le portier Oumar Sissoko.

Heureusement pour le public sportif malien, les Aigles Seniors ont pu obtenir leur tichet qualificatif pour la prochaine CAN 2008. D’ailleurs, cette victoire a complètement éclipsé cette défaite qui n’a eu aucune incidence sur le maigre public présent au Stade du 26 mars: environ 400 spectateurs.

Sadou BOCOUM

17 octobre 2007.