Partager

Depuis la semaine dernière, des informations circulent sur le retour du chef d’Ançardine Iyad Aghali et de ses combattants dans la ville de l’Adrar, plus précisément au quartier Aliou. Si l’information s’avérait, elle marquerait de facto le retour des islamistes qui ont semé la terreur et commis de graves violations sur les populations du Nord du Mali.

Pour rappel, ils avaient été chassés de leurs positions depuis le 11 janvier 2013, grâce à l’offensive militaire menée par les troupes françaises de l’opération Serval et les forces de défense malienne. Cette opération avait permis à la coalition de détruire les 70% de l’arsenal de ces djihadistes et facilité la reconquête des villes du Nord du pays. Avec le retour d’Iyad à Kidal, tout laisse croire que le danger guette encore notre pays.

Iyad Aghali bientôt chez IBK ?

Selon des sources bien informées, depuis l’annonce de la levée des mandats d’arrêt contre certains éléments du Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla), le chef d’Ançardine, Iyad Aghali, affaibli sur toute la longueur par l’offensive militaire française, malienne et africaine, serait aussi intéressée par cette mesure. C’est pourquoi, ces derniers temps, il ne cesse, selon beaucoup de témoignages, de multiplier des rencontres avec certains chefs de campements et villages de la localité de Kidal.

Au cours des échanges, selon toujours la même source, Iyad aurait dit à ses interlocuteurs de créer et favoriser les conditions pour qu’il puisse rencontrer les plus hautes autorités maliennes. C’est ainsi que ses interlocuteurs lui auraient promis d’apporter son message au président IBK.

Viendra-t-il bientôt à Koulouba ?

Kidal: un paradis des rebelles

Il semblerait que les rebelles du Mnla et d’Ançardine continuent à circuler toujours dans les véhicules de l’armée, des services de l’Etat et des projets. Lesdits véhicules ont été dérobés durant la prise des grandes villes du nord en début avril 2012. Et personne ne dit mot à Kidal à ce sujet. Les éléments des groupes armés du Mnla et d’Ançardine circuleraient tranquillement à bord de ces engins qui affichent ostensiblement les inscriptions des services de l’Etat et des Projets de développement. Comme quoi, Kidal est devenu un véritable paradis sur terre pour ces bandits.

Gao : la grogne du syndicat des enseignants

À la faveur d’une Assemblée générale d’information tenue la semaine dernière, le syndicat des enseignants de Gao a réaffirmé sa volonté de battre le macadam tant que l’effort consenti par les enseignants, restés sur place lors de l’occupation, n’est pas reconnu. En terme plus clair, la rentrée scolaire de cette année dans cette région est conditionnée au paiement de 250. 000 Fcfa de prime de réinstallation. Tenez-vous bien, ceux de Kidal réclament 500. 000Fcfa de prime.

La Rédaction

Le Reporter du 23 Octobre 2013.