Partager

Le président soudanais Omar el-Béchir, semblant fatigué mais apparemment en bonne santé, est apparu jeudi à la télévision après avoir subi une opération en Arabie saoudite, qualifiant Israël d’« ennemi numéro un » de son pays. M. Béchir s’exprimait dans une vidéo enregistrée plus tôt jeudi à l’ambassade du Soudan à Ryad. « Après l’incident de Yarmouk, beaucoup de gens étaient en colère et se demandaient pourquoi cela était-il arrivé », a-t-il affirmé. Les autorités soudanaises accusent Israël d’avoir envoyé le 23 octobre 4 avions furtifs pour bombarder l’usine militaire de Yarmouk, à Khartoum. L’Etat hébreu a refusé de commenter ces accusations, mais des responsables israéliens ont accusé Khartoum de servir de base de transit pour les armes iraniennes à destination du mouvement islamiste palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza. Pour prévenir une autre attaque, a poursuivi le président, le Soudan a deux solutions: la première est de normaliser les relations avec Israël, une option qui ne se concrétisera jamais selon lui. « La deuxième est d’avoir la technologie qui nous permet de répliquer de manière similaire à Israël (…) Nous essayons d’acquérir cette technologie » a-t-il déclaré. El-Béchir, au pouvoir depuis 1989, est depuis 2009 sous le coup d’un mandat d’arrêt de la CPI qui l’accuse de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre au Darfour. AFP