Partager


Le séjour de la Presse -du 6 au 9 Juilelt 2009- au Campus de l’IPR-IFRA de Katibougou, dans le cadre de la couverture médiatique de la 7e édition du Forum des Peuples, a été l’occasion, pour le Secrétaire Général du comité AEEM de cet institut, M. Aly Badara Keïta, de décrier les conditions de vie et de travail des étudiants.


En effet, tandis que des efforts immenses sont déployés, ces dernières années, par l’Etat, en matière d’infrastructures scolaires et universitaires, d’équipements, de fournitures scolaires…, certaines écoles croupissent sous le poids du sous-développement, par manque d’infrastructures et d’équipements adéquats pour assurer leur bien-être.

Tel semble être le cas de l’IPR-IFRA, l’une des plus vieilles écoles du Mali, voire de la sous-région. Pour preuve : l’IPR fêtera son 110eme anniversaire au mois de Décembre prochain. Soulignons, d’autre part, que l’IPR-IFRA de Katibougou forme des élites pour le Mali et pour l’Afrique, dans le domaine de l’Agronomie, des Eaux et Forêts, de la Zoo-technique, de la Vulgarisation et de l’Aménagement hydro- agricole.

Aujourd’hui comme hier, l’IPR se trouve confronté à la scène de l’actualité, comme la crise alimentaire, l’avancée du désert, le rechauffement climatique et la vulgarisation agricole. Mais à cause de son sous-développement, l’institut reste impuissant face à cette situation .

Selon le Secrétaire Général du comité AEEM de l’Institut, M. Aly Badara Keïta, l’IPR avec un effectif de 526 étudiants composés de 14 nationalités.

Mais il souffre atrocement ; et cela, malgré la bravoure, le courage et la tenacité des professeurs qui ne ménagent aucun effort pour donner le maximum d’eux-mêmes Aux dires du Secrétaire Général, les difficultés de l’IPR sont, entre autres, la non organisation de voyages d’études, le sous-équipement du laboratoire de Bio-technologie, de la bibliothèque et de la salle informatique qui est aujourd’hui inapte à tout besoin de recherche.

Les conditions de vie au campus sont très précaires, à cause de l’état de délabrement des toilettes et des dortoirs, du manque d’éclairage, d’infirmerie, d’une cantine digne de ce nom, a-t-il fait savoir. Depuis le début de cette année scolaire 2008, le Centre National des Oeuvres Universitaires (CNOU), qui doit pourtant se charger de l’internat, n’a fait aucune intervention, a t-il poursuivi.

Par ailleurs, le Secrétaire Général a salué la tenue de la 7e édition du Forum des Peuples à Katiboubou, qui a permis au campus de bénéficier d’installations électriques et de la réparation des douches.

Il a enfin indiqué que depuis dix ans l’IPR ne part pas en grève, en dépit de toutes ces difficultés “Nous demandons au gouvernement l’amélioration de nos conditions de vie et de travail. Aussi, nous demandons la création de cycle Ingénieur en Génie rural“, a-t-il revendiqué, avant d’ajouter qu’ils prêtent une oreille attentive à la réaction des autorités.

Moussa TOURE

14 Juillet 2008