Partager

A la veille du vendredi 8 juin, date de l’investiture du président Amadou Toumani Touré, la ville de Bamako était inondée par des rumeurs selon lesquelles la journée du vendredi était chômée et payée sur toute l’étendue du territoire national. Cette information qui n’a jamais été confirmée par les autorités a induit en erreur de nombreux fonctionnaires de l’Etat et même des agents qui travaillent dans le secteur privé. A cause de ces rumeurs, le vendredi matin déjà à 8h, la circulation sur les deux ponts était très fluide. Elle ressemblait, plutôt, aux matinées des dimanches où les populations ne sortent pas.

Dans les services publics, nombreux sont les fonctionnaires qui ne se sont pas présentés à leur poste. Ils sont restés à la maison pour suivre la cérémonie d’investiture en direct à la télé nationale. Les services étaient pratiquement déserts. Pour constater ce fait, nous avons fait le tour de certains services étatiques.

Au trésor public, nous avons constaté des bureaux fermés à clé. Nombreux étaient également les bureaux ouverts avec des chaises vides. Cependant, à la section comptabilité, le personnel a travaillé convenablement. Aucune absence n’a été constatée à ce niveau.

Selon Abdou Harouna, chef comptable, l’investiture du président n’est pas l’affaire de tout le monde. Ce sont seulement les officiels qui sont concernés. Et d’ailleurs sans carte d’invitation on n’a pas accès aux lieux. « Ce n’était pas nécessaire que l’Etat déclare cette journée fériée. Car cela allait provoquer un manque à gagner pour lui. Imaginez que la Douane chôme, ce sont des milliards que l’Etat perd. On est déjà pauvre, si on ne travaille pas ce serait la catastrophe. Il faut empêcher le laisser-aller dans l’administration », a déclaré Abdou Harouna.

Même son de cloche chez Abdoulaye Cissé, du même service qui trouve que les Maliens aiment trop chômer. Toujours dans le même service, dans un bureau, nous avons échangé avec une dame qui a souhaité garder l’anonymat. Ainsi, a-t-elle déclaré : « Nous sommes des pro-ATT, nous avons voulu qu’il soit le président. Alors, c’est pour nous un devoir de fêter son investiture. Moi personnellement, je suis venue ce matin au service car je n’ai pas pu avoir une carte d’invitation pour aller à l’investiture ».

A la Direction nationale de l’hydraulique (DNH), Mme Camara Ndéyi Astou N’Daou nous a confié qu’à 10 h, 80 % du personnel du service était sur place. Elle a aussi ajouté qu’il n’était pas nécessaire de chômer cette journée. Selon elle, même la Mauritanie qui est un voisin du Mali n’a pas chômé le jour de l’investiture de son nouveau président.

Un autre agent de la DNH que nous avons rencontré dans la cour a laissé entendre que l’investiture du président de la République n’est pas une raison pour que les fonctionnaires chôment la journée. Cela est lourd de conséquences pour l’Etat. Mais puisque la journée du vendredi d’habitude n’est pas très mouvementée, l’Etat aurait pu libérer les gens dans l’après-midi.

A la direction de la pharmacie populaire du Mali, le nombre de fonctionnaires qui sont restés à la maison était un peu élevé.

La directrice de la structure, à en croire un de ses proches collaborateurs, aurait passé la matinée à appeler par téléphone ses agents pour qu’ils viennent travailler.

A ajouter qu’à cause de ces mêmes rumeurs, nombreux sont les organes de presse qui n’ont pas paru le vendredi.

Abdoul Karim KONE

11 juin 2007.