Partager

Quand IBK s’engage à traduire le message des maliens au quotidien, à rassembler les cœurs et les esprits, à restaurer l’autorité de l’Etat et à bâtir un Etat fort, impartial, totalement dédié au service du bien-être moral et matériel de la Nation Malienne, tous les ingrédients sont réunis pour faire du Mali un Etat robuste.

On dit qu’il parle comme un livre. Mais quand IBK ouvre sa bouche, son auditorat se laisse emporter par une seule évidence. L’homme parle avec son cœur, avec force et conviction. Son discours d’investiture du mercredi 04 septembre dernier, peut être mis dans ce cadre. Sans passion, ni émotion démesurée, il a su décliner les traits caractéristiques des grandes lignes de ce qui sera sa mode de gestion. Tous ceux-ci se regroupent en un seul défi : la restauration de l’autorité de l’Etat. D’où le changement dans la continuité.

Auparavant, sans perdre de vue sur l’état piteux de l’Etat malien qu’il est appelé à diriger dorénavant, IBK dans un langage poétique fera la métaphore d’ ‘’un pays de gloire, de lumière, d’humanisme fécond au long des siècles, soudain plongé dans les ténèbres d’une nuit, d’une longue nuit noire peuplée des pires cauchemars ».Et dont la lueur d’espoir aura été la plus formidable chaîne de solidarité jamais mise en œuvre dans le monde pour la résolution d’une crise. A savoir : l’apport de la CEDEAO, du Tchad et de la France.

Dans sa genèse de la résolution de cette crise IBK dira que dès l’attaque de Konna par des criminels convaincus d’avoir désormais dompté le Temps en leur faveur, les Rafale de François Hollande, fendant le ciel depuis la lointaine base de St Dizier et les Mirage 2000 venant de N’Djamena, dans un souffle désormais épique, ont balayé les prétentions saugrenues de ceux qui croyaient avoir eu raison du pays de gloire de Soundiata, de Tieba, de Babemba, des Askia, de Firhoun, de Koumi Diossé et d’Ambodedio

En outre, dans son discours, IBK a trouvé les mots justes pour rendre hommage à la transition menée des mains de maître par le Pr. Dioncounda TRAORE. Qui selon lui, verra son nom brillé au fronton de l’édifice national, le jour de la reconnaissance du mérite. « Rendons à César, l’hommage dû par Rome » dira-t-il.

Le Mali désormais sur un socle d’acier trempé !

L’heure du bilan n’est certes pas arrivée, mais le devoir de conscience à amener le président élu de reconnaitre à sa juste valeur la portée de certains actes posés. Ainsi, IBK dira : « l’élection présidentielle du Mali dont nous célébrons ici, aujourd’hui l’aboutissement heureux, très heureux, aura convaincu le monde entier de la grande maturité de notre peuple qui a retrouvé le chemin des urnes dès lors que ce chemin lui a semblé désormais débarrassé des embûches, des malices et autres tripatouillages voire spoliation et mépris total de ses vrais choix. Le résultat, avec l’apothéose qu’a été la visite en ma résidence de mon concurrent de la finale, Monsieur Soumaila Cissé, a fini de convaincre le monde que désormais, il faudra compter avec le Mali. Un Mali sur un socle de légitimité avérée, en acier trempé ».

C’est pourquoi, il indiquera que grâce à cette confiance massive des Maliennes et des Maliens, il fera de ce socle, le départ du renouveau de notre pays dans tous les domaines. Dans la même foulée, du haut de cette tribune, le nouveau président de la République , en véritable gaulliste prononcera la celèbre phrase : « J’ai compris votre message ».Plus, il dira que ce message lui est allé jusqu’au fond de son âme. Avant de faire le serment de le traduire désormais au quotidien, pour l’Honneur du Mali et pour le bonheur des Maliens.

La restauration de l’autorité de l’Etat comme mission primordiale !

Pour dégager les balises de ce qui sera sa gouvernance, Ibrahim Boubacar Kéita affirmera que la vie du malien vaudra désormais son prix inestimable, c’est il a pris l’engagement de veiller désormais à sauvegarder le peuple, en ses personnes et ses biens. Pour ce faire, il a solennellement, engagé tous ceux qui ont mission et vocation à protéger et sauvegarder notre peuple, à s’acquitter très consciencieusement de leurs missions.
Partant, IBK a touché du doigt aux dernières inondations mortelles de Bamako. D’où son indignation face à ce qu’il juge, de la cupidité de certains. A cet sujet , il promet une enquête approfondie pour établir toutes les responsabilités.
« Il en sera désormais ainsi en République du Mali, inch Allah » a lancé l’homme fort de l’heure.

En somme, IBK insistera sur le fait qu’en tant que Président de la République, il s’attellera sans relâche à restaurer l’Autorité de l’Etat. « Nul ne sera au-dessus de la loi. Elle s’appliquera de manière égale à tous. Je mettrai fin à l’impunité, aux passe-droits qui sont à l’origine du dévoiement des institutions judiciaires et étatiques », a-t-il laissé entendre. Avant d’affirmer que la restauration de l’autorité de l’Etat se conjuguera avec une lutte sans répit contre la corruption qui inhibe notre capacité à sortir du sous-développement économique et social.

A l’en croire, il veillera à la bonne gestion des deniers publics, avec des mécanismes appropriés pour assurer la transparence et l’efficacité de la dépense publique. Afin que nul ne s’enrichisse de manière illicite sur le dos du Peuple Malien. La réconciliation nationale sous le mandat d’IBK, ne sera aucunement reléguée au second plan. Il a donné la promesse ferme de réconcilier les cœurs et les esprits, de rétablir une vraie fraternité entre nous afin que chacun dans sa différence, puisse jouer harmonieusement sa partition dans la symphonie nationale.

Enfin, IBK se donne comme mission de bâtir avec le concours de tous, un Etat fort, impartial, qui sera totalement dédié au service du Bien-Etre moral et matériel de la Nation Malienne.

Moustapha Diawara

Tjikan du 6 Septembre 2013