Partager

La vengeance est un plat qui se mange froid, dit-on. Lorsque le député Cheickna Hamalla Bathily élu en 2002 sous les couleurs de l’UDD a quitté ce parti au profit de l’URD en 2005, Me Hassane Barry, président de l’UDD a juré qu’il allait se venger de lui. Depuis Me Barry qui avait suffisamment de preuves contre le député Bathily l’attendait de pied ferme. Et les élections législatives de juillet 2007 constituent l’occasion en or pour Me Hassane Barry de mettre fin à la carrière politique de celui qui fut 2ème vice -président et député de l’UDD.

Mais, en voulant faire du mal au député Bathily, Me Hassane Barry a du coup blessé le président du PARENA M. Tiébilé Dramé qui figure sur la même liste que Bathily et Mamadou N’Diaye.

CHEICKNA HAMALLA BATHILY, LE FAUSSAIRE

Avec l’invalidation de sa candidature à l’élection des députés à l’Assemblée Nationale, scrutin du 1er juillet 2007 pour avoir établi ses pièces électorales à l’aide de fausses pièces d’état civil, l’on peut affirmer que la carrière politique du député Cheickna Hamalla Bathily a prit un sérieux coup. Le pot-aux-roses fut d’abord découvert par M. Issaga Kampo qui a introduit une requête auprès de la Cour Constitutionnelle le 29 mai 2007 aux fins d’annulation de sa candidature.

Les partis politiques à savoir le Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR), l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD), et le Congrès National d’Initiative Démocratique (CNID-FYT) qui sont sur une liste commune dans la circonscription électorale de Nioro du Sahel ayant pour conseil Me Maliki Ibrahim, Avocat à la Cour ont soutenu la même chose contre M. Bathily, tout en précisant que son identité réelle ne peut être établie eu égard à ses nombreux lieux de naissance.

L’examen de ces pièces d’état civil a permis à la Cour d’établir que le nommé Cheickna Hamalla Bathily est né tantôt à Gadiabagadiel, tantôt à Madina Tiancourni, selon les jugements supplétifs d’actes de naissance n°252/JPNS du 28 mai 2008 ou n°1605/PPN 26 novembre 2004. Cheickna Hamalla Bathily serait également né à Nioro du Sahel ou encore à Médine Diawambé (Kayes). Il a été mentionné que son bulletin n°3 du casier judiciaire aurait été établi en trompant la vigilance du tribunal de Nioro, en violation de l’article 159 de la loi électorale qui mentionne l’identité du candidat.

QUI A FAIT PARVENIR A LA COUR L’ARRET DE CONDAMNATION DE CHEICKNA HAMALLA ?

Parmi les preuves fournies pour fins d’invalidation de la liste de candidature sur laquelle figure le nom du député Cheickna Hamalla Bathily, il y a une copie de l’arrêt de sa condamnation par contumace du 17 août 1994 pour faux et usage de faux et la copie de l’ordonnance de non-lieu partiel de disqualification, de suspension de poursuites et de renvoi devant le tribunal correctionnel du 30 juin 2004.

A ce point précis, des interrogations demeurent: pourquoi et comment le condamné Cheickna Hamalla Bathily est parvenu à se faire élire comme député à l’Assemblée Nationale? Qui a transmis à la Cour Constitutionnelle l’Arrêt de condamnation du 17 août 1994? Dans l’entourage du député Bathily, un doigt accusateur est pointé sur Me Hassane Barry Avocat à la Cour et aujourd’hui président de l’UDD.

Jusqu’à sa démission en 2005 du parti de la Colombe blanche, emblème de l’UDD, Cheickna Hamalla Bathily était son 2ème vice-président. Le départ de M. Bathily l’unique député élu du parti en 2002 a été durement ressenti par certain responsable du Bureau Exécutif Central dont Me Hassane Barry qui aurait juré de lui faire la peau. Dans l’entourage de Bathily, l’on pense que Barry serait la seule personne qui possédait la copie de l’arrêt de condamnation par contumace de cheickna Hamalla Bathily le 17 août 1994 pour faux et usage de faux et la copie de l’ordonnance de non-lieu partiel de disqualification de suspension de poursuites et de renvoi devant le tribunal correctionnel du 30 juin 2004.

Me Hassane Barry, contacté par nos soins, a déclaré que Bathily n’a pas été disqualifié à cause de l’arrêt de condamnation; mais à cause des diverses pièces d’état civil qui l’on permis d’établir le bulletin n°3 du casier judiciaire. Tout compte fait, la Cour Constitutionnelle avait suffisamment de preuves solides pour invalider la liste sur laquelle Ckeickna Hamalla Bathily était inscrit. Et Me Hassane Barry qui était dans la salle d’audience au moment où la Cour prononçait l’invalidation de ladite liste n’a pu cacher sa joie au point que lui et Modibo Doumbia du PCR se sont embrassés au vu et au su de tous.

Daba Balla KEITA

04 juin 2007.