Partager

Le vaccin contre le rotavirus a été introduit le 14 janvier 2014 dans le Programme élargi de vaccination (PEV) de routine des enfants de 0 à 11 mois par le ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique du Mali, avec l’appui de ses partenaires GAVI Alliance, l’UNICEF et l’OMS. Auparavant, la Directrice nationale de la Santé, Dr Diakité Oumou Soumana Maiga avait animé un point de presse à ce sujet, le 13 janvier, dans la salle de conférences de sa structure.

Dans le monde, le rotavirus est la principale cause de diarrhée chez les nourrissons et les jeunes enfants, avec un taux de près de 40% des cas. Le Mali déplore chaque année 300 décès pour cause de diarrhées à rotavirus pour 100 000 enfants, selon une étude menée par le CVD/CNAM, dirigé par le Pr Samba Sow, intitulée «Surveillance multicentrique des maladies diarrhéiques en milieu hospitalier et communautaire de décembre 2007 à décembre 2009».
Le rotavirus est très contagieux. Il se propage par contact avec des matières fécales, de l’eau ou des aliments contaminés. Les symptômes apparaissent généralement deux à trois jours après l’infection: vomissements, diarrhée aqueuse, souvent avec de la fièvre et des douleurs abdominales. Il existe un traitement symptomatique mais l’accès à celui-ci peut s’avérer limité.

La vaccination est donc l’une des stratégies-clés de prévention de la maladie, mais elle doit être complétée par d’autres méthodes en cas d’épisode de diarrhée, 60% des cas n’étant pas liés à ce virus.
Après la cérémonie officielle de lancement qui a eu lieu le 14 janvier 2014 sous la présidence du ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Ousmane Koné, le vaccin sera introduit sur l’ensemble du territoire, en trois phases et sur trois ans. Il sera administré aux bébés aux âges en trois fois, avec d’un intervalle de 4 semaines entre chaque prise, au cours des visites habituelles au centre de santé.

Fin 2013, plus de 50 pays avaient introduit ce vaccin dans leurs programmes nationaux de vaccination, le Mali étant le 20ème en Afrique. L’introduction de ce vaccin portera à 11 les maladies cibles du PEV au Mali. Selon la Direction exécutive de GAVI Alliance, Mme Othman, présente pour l’occasion dans notre pays, «protéger les enfants maliens par l’ajout du vaccin contre le rotavirus dans le programme de vaccination national est un investissement fondamental dans l’avenir du pays. GAVI est particulièrement heureux de soutenir le gouvernement malien dans cet effort, à un moment où le défi de la reconstruction du système de sante fait suite à une situation humanitaire et sécuritaire difficile».

Le ministre de la Santé, après avoir remercié les partenaires du Mali, il révélera que la première étape de l’introduction de ce nouveau vaccin va concerner uniquement le District de Bamako, qui représente 13% des enfants âgés de 0 à 11 mois du Mali. La seconde phase démarrera l’an prochain dans les autres capitales régionales et troisième phase, dans deux ans, permettra de couvrir tout le territoire national. Car, auparavant, il faudra former le personnel, acheminer les vaccins et renforcer et opérationnaliser la chaine de froid.

Ramata Diaouré

22 Septembre du 16 Janvier 2014