Partager

Dans l’interview qu’il nous a accordée, le directeur général de Nyèsigiso, Modibo Coulibaly, parle de la création de sa structure, de son rôle dans l’économie du Mali ainsi que la micro finance.

L’Inter de Bamako : Qu’est ce qui a motivé la création de Nyèsigiso ?

Modibo Coulibaly : Les premières caisses du réseau Nièsigiso ont été créées en 1990, l’époque où bon nombre de nos concitoyens n’avaient pas accès aux systèmes financiers classiques.
En milieu rural, les formes traditionnelles d’épargne (garde personnelle, garde chez une tierce personne, bijoux, bétail, etc.) sont en majorité pratiquées avec leur corollaire d’inconvénients.

Les besoins en micro crédit sont patents, mais pour des raisons de coûts, les systèmes financiers classiques (les banques) demeurent frileuses pour intervenir en milieu rural. Donc, d’énormes besoins existent tant pour sécuriser de façon formelle les épargnes aussi minimes soient elles, que pour assurer le financement. C’est pourquoi les responsables de Nyèsigiso ont formulé la mission de Nyèsigiso comme suit : « rendre accessibles sous un mode mutualiste les services d’épargne et de crédit à la population malienne »

Combien de structures fonctionnent au Mali ?

M C : À la date du 30 septembre 2007, la micro finance comptait 1112 unités de base dont 58 pour le réseau Nyèsigiso. A l’instar des banques, les structures de micro finance sont connues par leur nom : Nyèsigiso, Kafo Jiginew, Kondo Jigima, Jèmèni, pour ne citer que ceux- ci. En terme de représentativité, les structures sont prédominantes (64%).

Peut- on savoir le capital de Nyèsigiso ?

M C : Au 31 décembre 2007, Nyèsigiso comptait 142 000 sociétaires, 11,2 milliards d’actifs, 7,2 milliards de volume d’épargne et 7,1 milliards d’encours de crédit. Le cumul des crédits octroyés de 1990 à 2007 est estimé à plus de 30 milliards de francs CFA.

Les mauvaises langues disent que les caisses d’épargne sont des caisses affiliées à des partis politiques. Vrai ou faux ?

M C : Les statuts et règlement intérieur des caisses Nyèsigiso, ainsi que les conditions d’adhésion sont claires : la caisse est apolitique. Toute personne physique ou morale peut adhérer à une caisse sans distinction de race, d’ethnie, d’âge et d’appartenance à un parti politique. Dans le fonctionnement de la caisse, il est formellement interdit de parler « politique ».


Nyèsigiso compte combien de travailleurs ?

M C : Au 31 décembre 2007, Nyèsigiso comptait 257 salariés dont 35% de femmes. De par son étendue sur le territoire malien, Nyèsigiso contribue à lutter contre la pauvreté par la création des emplois et de financement des micros entrepreneurs, moteurs de développement du pays.

Votre mot de la fin ?

M C : La micro finance permet d’accéder à une forme d’autosuffisance, qui ne suffit pas pourtant à une complète intégration économique et sociale. La micro finance n’est pas une panacée : c’est une des solutions de la lutte contre la pauvreté. La mission de Nyèsigiso cadre avec l’esprit des deux points ci- dessus. C’est pourquoi les élus et les gestionnaires de Nyèsigiso oeuvrent tous les jours pour la satisfaction des besoins des sociétaires des caisses enfin de leur assurer un bien être individuel, familial et communautaire.

Réalisée par Balla Keïta

1 Février 2008.