Partager

A la fin de deux jours de rencontre dans notre capitale, les chefs d’état-major de la Cédéao ont animé une conférence de presse au cours de laquelle ils ont fait savoir qu’ils sont arrivés à des conclusions très utiles sur le conflit politique en Côte d’Ivoire, le banditisme transfrontalier et le terrorisme international.

La conférence de presse des chefs militaires de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a été animée par les généraux Olesegun-O-Pétinrin, président du Comité des chefs d’état-major, Mahamane Touré, commissaire de la Cédéao chargé des affaires politiques, de la paix et de la sécurité, et Gabriel Poudiougou, le chef d’état-major général des armées.

 » Au cours de la réunion nous avons discuté des questions d’intérêt pour notre région. Nous sommes arrivés à des conclusions très utiles. Nous avons élaboré plusieurs recommandations », a laissé entendre le général Olesegun-O-Pétinrin. Aux dires de l’officier général nigérian, ils ont eu deux jours de discussions positives et de planifications.
Est-ce que l’intervention militaire de la force de la Cédéao en Côte d’Ivoire est un bluff ?

Pour le général Olesegun-O-Pétinrin, aucun pays ou groupe de pays au monde ne divulgue son plan militaire. « Si quelqu’un pense que c’est un bluff, tant mieux. Sans l’accord des chefs d’Etat, on ne peut pas faire déplacer nos troupes. Ce sont eux qui décident du moment et de la manière. Quant à nous, nous continuons à nous préparer jusqu’au jour j », a-t-il ajouté.

Expliquant que leur tâche est claire, le conférencier dira que l’envoi de la troupe de l’ONU en Côte d’Ivoire n’a rien à avoir avec leur tâche. Pour le général Mahamane Touré, la Cédéao est en train de mettre en œuvre un programme permettant de sécuriser la libre circulation dans l’espace Cédéao. La prochaine réunion du Comité des chefs d’état-major de la Cédéao se tiendra au Sénégal.

Sidiki Doumbia

24 Janvier 2011.