Partager

C’est hier que l’Assemblée Nationale du Mali a enregistré la première interpellation de l’opposition parlementaire de la législature en cours. Pour la première fois elle n’est pas le fait de députés qui n’usent de cet exercice que pour faire bonne mesure comme cela a été souvent le cas ces cinq dernières années.

Elle est le fait de l’opposition, d’une opposition responsable qui vit avec anxiété les douloureuses épreuves auxquelles sont confrontées les populations maliennes.
Cette vraie interpellation donc est le fait du groupe parlementaire Parena- Sadi, sur une préoccupation essentielle: l’école.

Introduite par le député Bréhima Béridogo, professeur à l’Université de Bamako, on imagine à la fois la profondeur et la pertinence du propos.

On retiendra de cette question orale au Ministre des Enseignements Secondaires, Supérieurs et de la Recherche Scientifique, l’obligation faite au département de pourvoir à l’orientation des titulaires du Diplôme d’Etude Fondamentale, de sortir l’enseignement secondaire des milieux affairistes qui en ont fait un fonds de commerce, de permettre effectivement le dialogue avec la COSES pour sauver l’année scolaire en cours.

Pour le député Parena il est temps de faire de l’université de notre pays un vrai vivier sur lequel le pays comptera pour se développer et pour cela il faut la sortir du cycle infernal des années tronquées.

L’impératif n’est plus de sauver les années scolaires mais
l’école elle-même!
L’école est un sujet sur lequel on ne peut pas faire l’impasse parce que c’est la porte d’entrée de l’avenir, du développement et même de la quiétude à laquelle aspire les Maliens.

C’est pour cette raison que l’opposition s’insurge contre la pléthore des étudiants dans les amphis, l’absence d’infrastructures et de crédits qui ne produiront en fin de compte qu’une formation au rabais.

Par cette question orale, et par d’autres, cette même opposition entend exercer jusqu’au bout son devoir impérieux d’interpellation de ceux qui nous gouvernent et les conduire, même malgré eux, par sa capacité de propositions, à la réussite.

S.El Moctar Kounta

25 Avril 2008