Partager

Cette première phase de cet important projet de développement dont l’objectif principal vise à réduire la fracture numérique entre le Nord et le Sud est une étape-test qui concerne les communes de Ouélessébougou, de Kati et de la Commune VI du District de Bamako. Elle a été réalisée avec l’assistance de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT).

Le maire Souleymane Dagnon a tenu à exprimer au ministre Drabo, présent lors de la cérémonie, toute sa gratitude pour le choix de la Commune VI. « Avec notre connexion à Internet, nous nous réjouissons aujourd’hui du nouveau vent qui soufflera désormais sur notre commune et qui aplanira, j’en suis sûr et certain, les difficultés de communication et comblera le déficit d’information que nous subissons quotidiennement dans la gestion des affaires de notre commune », a indiqué le maire.

En effet, officiellement depuis jeudi, la Commune VI, la commune de Ouélessébougou et celle de Kati sont connectées à Internet et connectées entre elles. Ces communes avaient été dotées auparavant d’un Cyber Espace Communautaire (CEC), équipé dans un premier temps de cinq ordinateurs PC interconnectés entre eux et reliés à Internet et d’un serveur.

Dans son discours, le ministre Gaoussou Drabo a affirmé que ces matériels seront complétés par cinq onduleurs, un scanner et une imprimante à partir de la mi-avril 2005. L’idée du projet de connexion des communes du Mali à Internet, a rappelé le ministre, a été lancée à la suite de la rencontre internationale <>.

Ce projet vise à vulgariser les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) à travers ces Cyber Espaces Communautaires (CEC) dans les communes ; à développer des applications pour soutenir la dynamique de croissance socio-économique ; à renforcer le processus de décentralisation et à désenclaver les communes et les collectivités locales en rapprochant les citoyens de l’administration afin d’instaurer des pratiques et de bonne gouvernance ; à établir des canaux de communication modernes et fiables entre tous les segments de la société, en incluant les femmes, les jeunes et les ONG ; et enfin, à désenclaver le pays en vue de contribuer à la réduction de la pauvreté.

La nécessité d’engager le pays dans ce projet s’est fait sentir, dira le ministre de la Communication et des Nouvelles Technologies, face à l’isolement de certaines communes dû en partie à l’insuffisance des infrastructures de base.

Cette nouvelle approche du gouvernement vise, selon le ministre Drabo, à l’appropriation par le plus grand nombre de nos citoyens des nouvelles technologies de l’information et de la communication, aux fins de faire de celles-ci de véritables outils de désenclavement numérique, mais aussi à atteindre les objectifs de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et par la même occasion enraciner davantage la démocratie.

A noter que ce projet d’envergure concerne l’ensemble des communes du Mali. Si cette étape-test, commencée par les communes de Ouélessébougou, de Kati et de la Commune VI du District, réussisse, toutes les autres communes du Mali seront interconnectées entre elles et connectées à Internet.

Le ministre Gaoussou Drabo a rendu un hommage mérité à la qualité de la coopération entre l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) et le gouvernement du Mali dont un des objectifs est de faire de la réduction de la fracture numérique une réalité à travers la concrétisation de ce vaste chantier de connexion des communes du Mali.

Adama S. DIALLO, stagiaire

30 Mars 2005