Partager

Du 2 au 5 novembre 2006, la ville de Sikasso vibrera aux sons de la troisième édition du triangle du Balafon. Pour sa troisième édition, le festival regroupera des groupes venus du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Sénégal et de la Guinée. Cette année, comme depuis le début du festival, le Mali sera représenté par trois groupes : le groupe de Aguibou Bengaly de Gongasso, le groupe de Adama Diarra de Fana et le groupe Araba Diarra de Sekekuy (cercle de Tominian).

Le Burkina Faso est présent à travers deux groupes : Dubalen de Niangologo et Jigi Tugu de Bobodioulasso. La Côte d’Ivoire a délégué le groupe Benkadi et le Bologo de Boundiali pour défendre sa première place remportée lors de l’édition précédente. Le Sénégal et la Guinée seront également représentés à cette fête du balafon ouest-africain, respectivement par une troupe.

Placé cette année sous les thèmes : «Le balafon dans l’éducation enfantine» et «Le balafon dans la structuration de l’enfance : fabrication de l’instrument, jeux, danse et chant», le festival du triangle du balafon, en plus des manifestations folkloriques favorisera l’éclosion des idées.

A travers le thème du balafon dans l’éducation enfantine, les organisateurs veulent amener les participants à aborder le sujet préoccupant du trafic transfrontalier des enfants. Cet thème, selon, un expert du ministère de la culture, sera traité par un consultant de l’UNICEF et intégrera dans une optique d’éducation des populations par les autorités des trois Etats qui ne cessent de déployer des efforts dans le sens de la maîtrise du phénomène.

Le second thème est spécifiquement lié à la promotion du balafon. A l’instar des deux premières éditions, celle de cette année se propose d’établir entre pays africains voisins des relations culturelles fondées sur les échanges d’expériences, la connaissance mutuelle et le respect réciproque.

Ainsi, il s’est fixé l’objectif de contribuer à la consolidation de l’intégration et de la paix entre les populations frontalières du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Mali.

Cette manifestation vise aussi à valoriser le patrimoine culturel de la sous-région. A moyen terme, les initiateurs se fixent l’objectif de créer dans une capitale régionale du Mali, un festival de renommée internationale.

Par ailleurs, le festival compte faire la promotion du balafon en tant que forme et moyen d’expression culturelle et faire connaître le balafon dans son historique, sa diversité et son rôle d’élément intégrateur.

Le festival triangle du balafon, en plus des compétitions dans la salle Lamissa Bengaly, enregistrera des manifestations populaires en plein air dans plusieurs quartiers de la cité du Kénédougou.

La nuit des lauréats, prévue pour le Samedi 4 novembre 2006 à l’hôtel Maïssa, mettra fin à l’édition 2006 du festival du triangle du balafon.

Assane Koné

1er novembre 2006.