Partager

Il s’agit de tester une expérience inédite sur les périmètres de Koumouna en vue de mettre en place une nouvelle race de producteurs : les agro-industriels.

Depuis le jeudi 21 septembre dernier, les candidats retenus pour le programme test des investisseurs ont leurs périmètres. La cérémonie d’installation officielle a eu lieu, ce jour, sous la présidence du gouverneur de Ségou, Abou Sow en présence du tout nouveau Président Directeur Général de l’Office du Niger, Seydou Idriss Traoré ainsi que plusieurs paysans.

Choisi pour conduire un test pour les investisseurs, l’Office du Niger a prévu, selon son PDG, deux modalités de participation des bénéficiaires au développement de l’irrigation. La première a trait aux périmètres en location vente ou Koumouna I où l’Etat financera la construction de toutes les infrastructures primaires, secondaires et les grosses opérations de planage de 390 hectares.

Ainsi, l’Etat recouvrera auprès des bénéficiaires, les investissements réalisés sur les infrastructures secondaires. A la fin du remboursement ils pourront accéder à la propriété foncière conformément aux dispositions en vigueur.

La deuxième modalité concerne les périmètres privés de Koumouna II où l’Etat financera uniquement la réalisation des infrastructures primaires pour 444 hectares. Les infrastructures secondaires, tertiaires et le planage des sols devront être financés par les investisseurs eux-mêmes.

Suite à l’analyse des demandes, 130 candidats ont été sélectionnés pour être installés sur la parcelle test de 390 ha et un candidat sur la parcelle de 444 hectares.

Pour les périmètres communautaires, le bénéficiaire intervient sur les réseaux tertiaires.
Pour les baux de 5 à 100 hectares, le privé a en charge le réseau secondaire (partiteur et drain de partiteur) et les réseaux terminaux.

Enfin, pour les baux de plus de 100 hectares, la participation du promoteur interviendra toujours sur le secondaire compte tenu des superficies à irriguer.

A noter que les bénéficiaires de ces périmètres ont été sélectionnés à l’issue d’un processus long et méticuleux par une commission nationale d’octroi présidée par un homme de rigueur et qualifié d’incorruptible, le Colonel Mamadou Sonipo, ancien patron des Ateliers Militaires Centraux de Markala.

Pour cette cérémonie d’installation officielle des candidats retenus dans le cadre du programme test des investisseurs à l’Office du Niger, c’était vraiment la fête au village.

Les paysans ont montré tout leur savoir-faire en matière d’animation pour exprimer leur joie face au projet.

On pouvait lire sur des
banderoles « investisseurs privés, l’Office du Niger, c’est la sécurité pour l’agro-busness ; L’autosuffisance alimentaire passe par l’accroissement des superficies aménageables« .

Dans son mot de bienvenue, le maire de Pogo, la commune rurale qui abrite les périmètres, Moctar Samaké a magnifié tous les efforts que le géant de la riziculture est en train de faire afin de lutter contre la faim et la pauvreté.

Au nom du Conseil communal, de l’ensemble des chefs de villages et des chefs religieux, il a déclaré que cette « superficie leur apportera un plus très significatif dans la lutte pour l’autosuffisance alimentaire et contre la pauvreté« .

Le tout nouveau patron de l’Office du Niger, Seydou Idrissa Traoré, qui a loué Dieu, le tout puissant pour lui avoir donné la chance d’être témoin de cette cérémonie historique dans le parcours de l’Office du Niger, a déclaré que « le rôle du géant de la riziculture n’est plus à rappeler dans l’atteinte de la sécurité alimentaire durable du pays« .

Avant de lancer un appel pressant aux heureux bénéficiaires afin qu’ils gèrent les parcelles comme de bons pères de famille. « zone de l’Office du Niger, du Mali et de la sous-régionJe reste convaincu que leur degré d’engagement sera appréciable dans la chaîne de croissance économique durable de la  » a-t-il conclu.

Enfin, quant au gouverneur de Ségou, Abou Sow, il a souligné qu’ « en choisissant de faire de l’agriculture le moteur de notre économie nationale, le Président de la République, le Général Amadou Toumani Touré entend asseoir notre développement sur des bases solides« .

Cette option de l’avis du chef de l’exécutif régional implique la création des conditions d’une véritable sécurité alimentaire. « Pour traduire cette politique dans les faits, le chef de l’Etat a fait concevoir par le gouvernement, un vaste programme d’aménagements hydro-agricoles portant sur plus de 50 000 hectares à travers le Mali. Ce pari ambitieux est aujourd’hui en passe d’être gagné et même dépassé » a-t-il ajouté.

Pour appuyer sa thèse, le gouverneur Abou Sow a présenté des statistiques. « Dans la zone de l’Office du Niger, plus de 29 000 hectares ont été entièrement aménagés et mis en service de 2003 à 2006, soit l’équivalent de deux tiers des surfaces aménagées et mises en service de la date de création de l’Office du Niger en 1932 à 2002« .

Il s’agit des périmètres de Béwani, Boki Wère, Kolongo, Macina, Sokolo et de celui de Koumouna. Ce qui a fait dire à l’actuel Président de la République qu’il a fait mieux que tous les chefs de l’Etat de l’indépendance à nos jours dans le cadre de l’irragation

Pour la petite histoire, rappelons que ces efforts ont été rendus possible grâce au sens élevé du devoir de l’ancien PDG Issoufi Kéïta qui, durant six longues années passées à la tête de l’Office du Niger (2000 à 2006) a su mettre en œuvre une véritable politique de réhabilitation et extension des périmètres rizicoles, et a permis la réduction du déficit de trésorerie, la certification des comptes sans oublier le développement du partenariat pour la mobilisation des fonds pour la réalisation des projets.

« Le périmètre de Koumouna sera assurément le périmètre de l’espoir. Il sera un cadre de grands rendements, un lieu où la recherche imposera son évidence, en un mot, un endroit où l’agriculture sera génératrice de revenus sûrs et d’emplois durables » a indiqué le gouverneur Sow.

Ensuite, il a déclaré que « le gouvernement a décidé de conduire une expérience inédite sur ces périmètres appelés à mettre en place une nouvelle race de producteurs : les agro-industriels« .

En terminant, il a vivement remercié les partenaires au développement notamment la Banque mondiale qui ont bien voulu accompagner le Mali dans la conception et la mise en ouvre de cette politique.

Enfin, ce fut la remise symbolique des parcelles à certains candidats. Pour leur représentant Mamadou Cissé, « l’Etat et la Banque mondiale ont fait ce qu’ils ont pu faire, la balle se trouve maintenant dans leur camp » avant d’assurer « nous n’allons pas décevoir« .

En tout cas, le pari pour la promotion de l’agro-industie est là, il faut le relever. Pour cela, il revient à l’actuel patron de l’Office du Niger, Seydou Idrissa Traoré de mettre en œuvre son capital d’expérience afin de donner à l’Office du Niger, toute la chance d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixé depuis les premières années de l’indépendance, à savoir devenir le grenier de l’Afrique de l’Ouest.

Alassane DIARRA

29 septembre 2006.