Partager

Pour pâlir aux problèmes d’intégration professionnelle en milieu sportif, l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) va bientôt ouvrir des modules de formations à l’intention des sportifs sans métier.

takala.jpg
L’insertion professionnelle des sportifs est un grand défi auquel le mouvement sportif fait face actuellement. Souvent, il impacte négativement sur le développement du sport car, sans qualification et au chômage, beaucoup de jeunes, malgré leur talent, sont contraints d’abandonner le milieu sportif.

Face à cette situation, l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) conformément aux dispositifs de la Confegès, a décidé de venir au secours de ces sportifs. Pour se faire, il entend ouvrir ses portes aux athlètes, sans qualification professionnelle ni diplôme, afin de les initier à un métier.

« Nous voulons donner une qualification aux athlètes qui ne sont pas diplômés, mais qui ont consacré leur temps au sport. Ils peuvent intégrer l’encadrement sportif ou faire des métiers connexe des sports qui sont au nombre de dix », explique le directeur de l’Institut, Ckeick Konaté.

Il précise que ces modules seront organisés soit en partenariat avec le département des Sports, par l’INJS elle-même, ou avec le concours d’une fédération ou association sportive.

Parmi les métiers du sport il y a le garde du corps, le fabricant de matériel sportif, l’agent d’entretien et de maintenance, le surveillant de baignade, etc.

« Compte tenu de la situation financière du pays, nous allons tout faire pour que les frais de participation à ces formations soit abordable pour tous. Nous tenons à aller vers cette innovation afin d’offrir de nouvelles chances à nos sportifs », a-t-il ajouté.

L’INJS est un établissement d’enseignement technique et professionnel rattaché au secrétariat général du ministère des Sports. Il est chargé d’assurer la formation professionnelle des instructeurs et inspecteurs de jeunesse et de sport et le perfectionnement des athlètes, dirigeants sportifs et des responsables des mouvements, des associations et organisations de jeunesse.

Sory I. Konaté

12 Octobre 2016

©AFRIBONE