Partager

Il ne passe aucune occasion si le président de la République Amadou Toumani Touré n’aborde la problématique de la sécurité dans la circulation routière. Selon les informations disponibles, les accidents de la circulation sont les principales causes de mortalité surtout dans le District. Pour preuve, on ne peut faire un jour sans assister à un accident de circulation.

Ce qui est surtout inexplicable, c’est le fait que la majorité de ces accidents sont évitables. Il faut rappeler que la plupart des accidents de la circulation sont dus à l’incivisme des usagers de la route.

A travers le comportement de certains conducteurs sur la route, on se demande comment ils ont passé leur permis de conduire. Aussi, d’autres n’hésitent pas à circuler librement alors qu’ils n’ont pas l’autorisation de conduire, puisqu’ils circulent sans permis de conduire.


LE NON RESPECT DU CODE DE LA ROUTE

Il faut aussi souligner que la majorité des conducteurs ne respectent pas le code de la route, surtout les conducteurs des transports en commun qui sont toujours pressés à la recherche des recettes journalières.

En plus des surcharges, leurs véhicules ne sont jamais en règle malgré le contrôle technique. A en croire nos informations, pour passer au contrôle technique, certains conducteurs n’hésitent pas à louer des accessoires. Après le contrôle technique, ils remettent ces accessoires aux propriétaires.

En plus des comportements malsains des conducteurs de véhicules, la circulation routière se compliquent de jour en jour avec la multiplication des engins à deux roues dont la majorité des propriétaires ne connaissent rien dans la circulation mais circulent aveuglement.

Ce qui est surtout inadmissible, c’est que tout se passe au vu et au su des autorités compétantes. Et le premier responsable ne manque pas d’occasion pour en faire cas, comme s’il n’yavait pas d’autorité de l’Etat. A quoi sert une mesure si elle n’est pas appliquée?

Chaque jour qui passe, les usagers de la route violent le code de la route et ne sont ni interpellés ni sanctionnés.

En tout cas il est temps de passer à la sanction car, il ya eu la sensibilisation et à plusieurs niveaux. Alors, au lieu d’appeler les agents à un changement de comportement qui n’a que trop duré, le président de la République doit exiger à ce qu’on passe à l’action.

Dado CAMARA

13 Mars 2008.