Partager

S’il y a un problème qui tarde à trouver solutions, c’est bien l’insécurité routière surtout dans le District de Bamako. Chaque jour qui passe, les centres de santé de référence et les hôpitaux reçoivent des accidentés de la circulation routière et la sirène de la Protection Civile retentit à longueur de journée. Aujourd’hui, il est considéré comme un problème de développement, affectant dans la plupart des cas, des jeunes qui sont l’avenir du pays.

Selon nos sources, la majorité des victimes (décès et invalidités) sont des bras valides de notre chère patrie. Donc le problème est là et il faut trouver des solutions pour au moins réduire le nombre d’accidents de la circulation routière. Mais comment?

Les difficultés d’application des mesures

Depuis plusieurs années les plus hautes autorités de notre pays ne cessent de chercher des solutions à ce problème qui affecte la vie de la nation et cela à travers l’information et la sensibilisation de la population en générale et la prise de certaines décisions qui sont difficilement applicables à cause du laxisme des autorités, de l’incivisme de la population, mais aussi à cause de la pauvreté.

Déjà avec les nouvelles mesures (le port obligatoire de casques, la détention du permis de conduire, l’immatriculation des engins à deux roues et la limitation d’âge pour la conduite des motos) annoncées par le ministre de l’Equipement et des Transports, certains commencent à hausser le ton. Selon eux, en cette période de crise généralisée, il est impossible d’appliquer toutes ces mesures ensemble qui demandent des ressources financières.

Des avis partagés

A en croire certains, pour qu’on applique toutes ces mesures, il faut environ cinquante mille (50 000F CFA). C’est pourquoi certains pensent que l’application doit se faire progressivement. Par ailleurs, il faut souligner que les avis sont partagés par rapport à l’application de ces différentes mesures. D’autres préfèrent le port obligatoire de casques, “ça n’empêche pas les accidents, mais ça atténue la douleur en cas d’accident” soulignent certains.

Aussi, d’autres pensent que l’immatriculation des engins à deux roues est d’une importance capitale, parce qu’elle empêche les individus mal intentionnés de fuir après avoir commis une faute. Il y a presque l’unanimité quant à la limitation de l’âge pour la conduite des motos. Il faut rappeler qu’un nombre important de conducteurs d’engins à deux roues sont des mineurs qui n’ont pas conscience du danger.

Pour ce qui est de la détention du permis de conduire, la plupart des motocyclistes sont contre. Ils estiment que cette mesure ne peut en aucune manière éviter les accidents de la circulation. Selon eux, les automobilistes ont été et sont responsables de la mort de plusieurs usagers, bien qu’ils ont passé un permis de conduire devant qui de droit.

Pour eux, cette mesure va permettre de remplir les caisses de l’Etat et n’ont d’éviter les accidents. Déjà, Dieu seul sait comment les permis sont passés pour les automobilistes. Alors comment ça sera pour les motocyclistes?


Dado CAMARA

08 Octobre 2008