Partager

Selon des sources proches de la famille Cissé, le verger du fondateur de l’URD, Soumaïla Cissé, a été saccagé la semaine dernière dans le village de Samaya, situé non loin de la capitale, par des inconnus. Comme si cela ne suffisait pas, le vendredi 11 mai dernier, la villa du fils de l’enfant de Niafunké, sise au village CAN a été pillée toujours par des inconnus, selon les mêmes sources qui soupçonnent, en entendant les enquêtes, des hommes armés d’être à la base de ces pillages.

Rappelons que le leader de l’URD se trouve dans la capitale française où il a été évacué pour recevoir des soins après son interpellation dans des conditions troubles en avril dernier. Il s’agit de savoir si les autorités qui ont soutenu que l’attaque dont il a été victime est un règlement de comptes, vont-elles maintenant s’investir afin de châtier les individus qui se sont rendus coupables de tels comportements. De même qu’elles doivent de se donner les moyens pour protéger les biens des personnalités qui ont été obligées de quitter temporairement le pays pour des raisons de sécurité.

Quand on sait qu’il est évident que certains porteurs de tenue sont dans une dynamique de sabotage des efforts des autorités en ce qui concerne la sauvegarde de la sécurité et l’intégrité physique des personnes. Et cela contre des bandits qui peuvent, compte tenu de la situation qui prévaut, s’abriter derrière le « parapluie militaire » pour perpétrer des actes crapuleux.

En tout cas, dans un Etat de droit tel que nous le souhaitons aujourd’hui, c’est un impérieux devoir pour l’Etat d’assurer la sécurité des citoyens et de sévir contre tout abus et cela d’où qu’il vienne.

Avec la stabilité que nous sommes en droit d’attendre dans les prochaines semaines, certainement que l’autorité sera beaucoup plus présente afin de mettre un frein à ce qui est en passe d’être une sorte d’impunité accordée aux malfrats de tout acabit. Y compris ceux qui abusent de la tenue militaire et de l’arme…en bandoulière.

Mamadou FOFANA

14 Mai 2012