Partager

De retour des manifestations organisées, dans la nuit du 10 au 11 mai, à l’occasion du jumelage entre Sébécoro, Markala et une ville française, vingt cinq personnes ont été agressés entre Kassaro et Sébécoro par un gang des coupeurs de routes. Trois malfrats, membres du gang, ont été appréhendés deux jours plus tard par l’Epervier du Mandé.

Les manifestations marquant le jumelage entre la ville de Markala, Sébécoro et une ville française était présidée par le ministre de la Culture, Mohamed el Moctar. Comme on doit s’y attendre, en pareille occasion, celles-ci avaient attiré beaucoup de monde.

La très forte délégation ministérielle avait quitté les lieux immédiatement après la fin de la cérémonie, mais tel ne fut pas le cas des gens de la localité.

C’est ainsi que, vers les coups de 20 heures, entre Kassaro et Sébécoro, les malfrats ont fait signe à une Toyota, qui revenait justement de la fête, de s’arrêter. Les occupants, qui croyaient qui croyaient affaire à des policiers, ont obtempérés.

D’autant plus qu’il y avait un tronc d’arbre qui coupait la route. Puis tout à coup, le véhicule a été encerclé par sept hommes cagoulés.

Ceux-ci ont ordonné aux occupants du véhicule de descendre et de se coucher à plat ventre avant de les déposséder de tout ce qu’ils portaient sur eux : argent, bijoux et téléphones portables.

Les occupants des quatre autres véhicules qui suivaient la Toyota, eux-aussi, subi le même traitement. Au total, vingt cinq personnes ont ainsi été dépouillées de tous leurs biens.

Une fois alertée du braquage, la gendarmerie de Kita a aussitôt engagé une enquête. Celle-ci la conduira au premier motocycliste venant de Kassaro, qui sera interpellé comme suspect.

A cause des téléphones dérobés, suivant le conseil de leurs amis, les victimes du braquage sont allés droit au 3e arrondissement faire leurs déclarations.

L’inspecteur Principal Papa Mambi Kéïta, dit l’Epervier du Mandé, a aussitôt engagé la procédure. Grâce à la technique dont lui seul détient le secret, il réussit à mettre la main sur l’un des coupeurs de route.

En effet, le mercredi 16 mai, grâce à l’un des téléphones volés lors du braquage et vendu à une tierce personne, l’Epervier du Mandé a pu remonter à Yoro Dicko, l’un des coupeurs de route.

Au moment de son arrestation, il portait un pistolet sur lui. Le lendemain, l’épervier du Mandé réussit à cravater le Burkinabé du gang, un certain Drabo Fousseyni.

Le vendredi 18 mai, l’inspecteur Papa Mambi Kéïta, en compagnie de ses meilleurs éléments, opéra une descente surprise sur Sikasso. Il manqua de peu Amadou Diallo, le cerveau du gang, mais réussit à alpaguer son jeune frère Abba Diallo. Un individu qui a déjà séjourné trois fois en prison.

Au moment de son arrestation, il était en possession lui aussi d’un pistolet de cinq coups. La perquisition faite à son domicile a permis aux policiers de saisir deux poignards sophistiqués.

Aux dernières nouvelles, les autres membres du groupe se retrouveraient au Burkina Faso.


Pierre Fo’o MEDJO

26 Mai 2008