Partager

Après la déroute de l’armée malienne dans le nord du pays, la psychose est toujours grandissante dans certains cercles de la région de Mopti, devenue le QG de nos forces armées et de sécurité. Aujourd’hui, les populations de Ténenkou, Youwaron, Koro et Douentza, à l’instar de celles des zones quasi-occupées par la rébellion à Gao, Tombouctou et Kidal, ne savent plus à quel saint se vouer.

jpg_une-690.jpgMalgré les multiples prières effectuées par les confréries religieuses dans ces quatre cercles, des éléments lourdement armés, se disant appartenir au Mnla et en provenance de Gossi, une localité à cheval entre Douentza et Gao, ont semé la panique dans la Commune rurale de Dioungani située à une cinquantaine de kilomètres de Koro.

Cette nouvelle attaque a eu lieu le vendredi 20 avril 2012 à Douana où se tient la foire hebdomadaire de la Commune. Le bilan de cette incursion, selon des sources bien introduites, fait état d’un mort, en plus de la confiscation d’un camion rempli de vivres appartenant à des commerçants burkinabés.

D’autres sources indiquent que les rebelles ont aussi dépouillé de leurs sous les commerçants qui animaient la foire, une activité hebdomadaire qui demeure une source importante de revenus pour la mairie de Dioungani.

D’ores et déjà, les sous-préfets du cercle de Koro, la maire de ladite commune, les perceptions du cercle, la brigade de la gendarmerie nationale et le service de la garde nationale ne fonctionnent plus. Les populations sont abandonnées à elles-mêmes.

Pour l’instant, le préfet du cercle et son adjoint veillent au grain et espèrent que l’Etat trouvera très tôt les moyens nécessaires pour assurer la quiétude des personnes et sécuriser leurs biens.

En attendant un lendemain meilleur dans tout le septentrion malien, le calvaire des populations se poursuit avec la fermeture des guichets de la Bms-Sa et d’Ecobank-Mali.

Destin GNIMADI

Le Prétoire du 27 avril 2012