Partager

Dans la nuit du jeudi 10 au vendredi 11 avril 2008, le corps sans vie d’un officier supérieur des forces armées et de sécurité du Mali a été découvert en compagnie d’un civil, tous deux froidement égorgés dans les mêmes conditions. L’on est en droit de se demander à qui profite ces crimes crapuleux et lâches?

LE PROTOCOLE D’ENTENTE DE TRIPOLI VIOLE

L’assassinat du Commandant Barka Cheick Ag Belkheir dans la nuit du 10 au 11 avril dernier à Kidal intervient au lendemain de la signature du protocole d’entente de Tripoli signé le 3 avril 2008 dans la capitale Libyenne entre le gouvernement malien et des représentants de la bande d’Ibrahim Ag Bahanga. Le protocole d’entente de Tripoli est un accord de cessez-le feu, d’arrêt définitif des hostilités, de la libération de tous les otages de part et d’autres.

Il faut rappeler que ce sont les rebelles qui ont sollicité la partie libyenne pour obtenir l’accalmie sur le terrain après que deux hélicoptères de combat de l’armée malienne aient pilonné leurs positions aux alentours de la ville de Kidal. Ces pilonnages aériens ont été un coup dur pour les rebelles. L’assassinat d’un officier supérieur de l’armée malienne n’équivaut-il pas à la violation du protocole d’entente de Tripoli?

En attendant que les responsabilités soient situées dans cet assassinat, il faut rappeler que le Commandant Barka Cheick Ag Belkheir est un partisan et défenseur de l’Accord d’Alger de juillet 2006. Lorsque Ibrahim Ag Bahanga a repris les armes avec le colonel Hassane Fagaga, Barka Cheick Ag Belkheir a refusé de les suivre.

Dans un communiqué diffusé sur Internet, les rebelles accusent le commandement de l’armée malienne basé à Kidal d’avoir assassiné un officier touareg et un civil également touareg du nom de Mohamed Ag Mossa.

Les bandits, dans leur déclaration, poursuivent que les combattants touareg qui sont restés dans l’armée malienne sont en train d’abandonner la ville de Kidal maintenant, de crainte d’être les prochaines victimes. Justement, c’est ce que la bande de Bahanga a voulu chercher le 31 mars 2008 en créant la psychose à Kidal.

CREER TOUJOURS LA PSYCHOSE A KIDAL DEMEURE L’OBJECTIF DE BAHANGA

En créant la psychose dans la ville de Kidal le lundi 31 mars 2008, les bandits qui agissent sous les ordres de Ibrahim Ag Bahanga et Hassane Fagaga voudraient que la ville se vide de ses populations. De cette manière, ils entendaient distraire l’Armée Malienne qui allait s’impliquer afin que les gens regagnent leurs familles.

Entre-temps, ils allaient réussir à contrôler le tronçon Gao-Kidal et du coup bloquer tout ravitaillement de Kidal en vivres et munitions. En clair, les hommes de Bahanga voudraient assiéger Kidal qui allait tomber dans leur main. Leur plan a été vite déjoué par l’Armée Malienne qui a initié le mercredi 2 avril un raid aérien qui a été couronné de succès.

Daba Balla KEITA

15 avril 2008.