Partager


La partie sud de Kalabancoura en Commune V vit sous la terreur des voleurs et bandits armés. Pour manifester leur ras-le-bol, les femmes et la jeunesse du quartier ont décidé de marcher pour demander au commissaire du 11e arrondissement de jouer sa partition, comme le faisait Amy Kane, la bête noire des malfrats.

Kalanbancoura était longtemps resté un quartier paisible. Là-bas, les habitants avaient souvent l’habitude de laisser portes et fenêtres ouvertes de jour comme de nuit sans crainte. Mais, depuis un moment, cette atmosphère de quiétude et de sécurité ne prévaut plus à cause des voleurs et des bandits qui y pullulent et sèment la terreur.

Convaincus d’être en terrain conquis, les malfrats opèrent généralement aux alentours du cimetière de Kalanbancoura. Dans la nuit de samedi à dimanche 8 avril 2007, des agresseurs ont tiré à bout portant sur un vigile qui tentait de les empêcher dans leur idylle.

C’est une lapalissade que de dire que la population de ce quartier ne se sent plus en sécurité. En l’espace de trois mois, ce sont une dizaine de familles qui ont connu la visite des malfaiteurs. Ces derniers, munis d’un arsenal de guerre, scient les portes pour ensuite dévaliser les maisons au moment où les habitants profitent de l’air frais dans la cour en cette période de canicule.

« Les voleurs nous ont subtilisés deux motos et un téléviseur. A chaque fois ce sont nos portes et fenêtres qui sont sciées. Il arrive que les voleurs tirent des coups de feu au moment de leur opération sans que la police ne réagisse » , a déploré un jeune du quartier.

La technique du sciage

Le hic, c’est que les malfrats opèrent généralement dans la même zone et avec les mêmes techniques. « Il n’y a pas une famille dans cette rue qui n’a pas renforcé ses portes avec les barres de fer. Mais malgré tout, ils arrivent à y pénétrer. Les éléments du 11e arrondissement ne font rien pour protéger les populations. Vraiment depuis le départ d’Amy Kane on a perdu tout sommeil » , regrette un vieil enseignant victime de braquage et de vol à main armée.

Deux autres boutiquiers de la zone ont connu les mêmes mésaventures à telle enseigne qu’au-delà de 23 h, toutes les boutiques de Kalanbancoura-Sud sont fermées et cadenassées.

Pour amener la police à jouer pleinement son rôle, les jeunes et femmes des familles environnantes du cimetière de Kalanbancoura ont décidé d’organiser ce jeudi une marche pour aller remettre une déclaration au commissaire principal du 11e arrondissement.

Cette déclaration exhorte les éléments de la police à multiplier les patrouilles et à travailler davantage pour débusquer les malfaiteurs comme le faisait la commissaire divisionnaire Mme Amy Kane.

Amadou Waïgalo

12 avril 2007.