Partager

Issa Togo, élève en LLT et candidat au Bac 2013 a été écrasé par Kalilou Bakayoko, un jeune faisant parti d’un groupe de motocyclistes, appelé « les mal vies ». C’était le soir du vendredi 7 juin devant la mosquée du Badialan I.

Le vendredi soir fut un moment sombre au Badialan I. C’était la mort dans l’âme, les larmes aux yeux que les parents du jeune Issa Togo ont constaté sa mort à cause du laisser aller de jeunes qui ont toujours pensé que leur seul loisir et plaisir se trouve avec les motos. Ce sont des jeunes qui s’amusent avec les engins à deux roues dans les rues de Bamako tous les soirs. Pour eux, la meilleure manière de vivre est de défier la mort et nos valeurs au quotidien. Les parents ont toujours assisté impuissant à ce nouveau phénomène qui consiste à faire des concours de motos sur la voie publique et dans les quartiers. Ce comportement a déjà fait des victimes. A l’ACI 2000 et dans certains quartiers de Bamako ces jeunes sont connus.

Souvent chassés par la police ou les populations, ils retrouvent toujours un autre endroit pour faire leur rallie. Ce jour au Badialan I pour son grand malheur, Issa Togo a trouvé la mort par la faute de Kalilou Bakayoko celui là même réputé comme un récidiviste. Selon les parents de la victime, Kalilou Bakayoko avait déjà cassé le pied d’un vieux du quartier. Issa fut donc une autre victime ce vendredi 7 juin 2013. Aux dires des parents de la victime, la police du deuxième arrondissement a constaté les faits et une déposition a été faite au niveau du Commissariat du 2ème arrondissement. L’auteur du forfait serait lui-même au niveau de l’urgence tant le choc fut sérieux. Aujourd’hui, les jeunes dans ces quartiers, très remontés, ont tenu une réunion. Ils entendent désormais sévir contre quiconque mettrait en danger la vie des populations par des comportements peu orthodoxe.

« La démocratie trop poussée devient de l’anarchie » a dit le philosophe. Ces jeunes appelés les « mal vies » sous l’emprise souvent de stupéfiants et au nom de la liberté et de la démocratie sont entrain de virer dans l’inconscience sinon dans l’insouciance et la dépravation au vu et au su de tout le monde. Les autorités doivent prendre leur responsabilité avant que les populations ne se fassent soi-même justice. Dort en paix le jeune Issa Togo qui a regagné sa dernière demeure le samedi le 8 juin au cimetière d’hamdalaye, accompagné par de nombreux amis et parents.

Fakara FAINKE et Kadidiatou Sanogo

Le Républicain du 10 Juin 2013