Partager

Les populations de Badalabougou, plus particulièrement celles de Badalabougou SEMA II, sollicitent derechef la collaboration de la Police, afin quelles soient épargnées de ces vols successifs de motos. En effet, en l’espace d’un mois seulement, ce quartier a enregistré plus de 15 cas de vols de motos Djakarta. Incroyable, mais vrai…

Ces malfrats opèrent au crépuscule et à l’aube, au moment où les personnes âgées se rendent à la mosquée. Le dernier cas d’exemple fut un vol de moto survenu la semaine dernière dans une famille, à Badalabougou SEMA II, vers 5 heures du matin.

Les faits

Quand le chef de ladite famille s’est réveillé pour faire ses ablutions et se rendre à la mosquée, le malfrat bien caché et attendant sûrement l’occasion, s’introduisit tout de suite dans le salon et chercha de quoi voler.

Le vœu du malfrat fut exaucé au moment où il a réussit à franchir le salon pour se rendre dans le couloir où garaient des motos, puisque pratiquement tous les enfants de la famille Diarra possèdent des motos de marque Djakarta.

Tout de suite, le voleur se mit au turbin, en cherchant les voies et moyens pour prendre une des motos. Très doué en matière de vol, il parvint à faire son opération et s’évada avec une son butin avant le retour du vieux Diarra de la mosquée.

De retour de la mosquée, ce dernier, en père très vigilant, remarqua tout de suite l’absence d’une moto. Aussitôt, il alerta toute la maisonnée, qui se mit à crier au voleur.

La question que l’on se pose, c’est de savoir : ce voleur est-il un habitué de la famille, ou était-il en entente avec le vieux Diarra pour que ce dernier se rende à la mosquée, le temps qu’il puisse effectuer son opération?.

Dans tous les cas, compte tenu des préoccupations des populations de Badalabougou, par rapport aux vols successifs de motos enregistrés dans les familles, il y a nécessité de renforcer les équipes de patrouille au niveau dudit quartier afin de traquer ces malfrats.

Mariétou KONATE

24 Octobre 2008