Partager

Quel sort pour le colonel Abidine Guindo ? Le chef des bérets rouges de la garde présidentielle du Mali a été arrêté, mercredi 11 juillet, par les services de sécurité dans un quartier résidentiel de Bamako. Homme de confiance de l’ancien président ATT, il était recherché depuis le coup de force manqué des 30 avril et 1er mai dernier contre les bérets verts de l’ex-junte. Sa défense et sa famille s’inquiètent pour sa sécurité.

Aucun coup de feu n’aurait été tiré lors de son arrestation. Et depuis, d’après les informations de RFI, l’ancien aide de camp d’Amadou Toumani Touré (ATT) est détenu au camp 1 de la gendarmerie à Bamako. Un signe positif, selon son avocat, qui s’inquiétait d’une éventuelle détention au camp militaire de Kati, le quartier général de l’ex-junte.

Me Magatte Sèye attend maintenant d’avoir accès à son client pour s’assurer de son état physique et psychologique. De son côté, le procureur de la République souligne que le colonel Abidine Guindo n’est pas encore à la disposition de la justice. Il le sera une fois les enquêtes terminées, indique le communiqué du gouvernement.

Le chef des commandos parachutistes fait l’objet de poursuites pour atteinte à la sécurité intérieure, et cela après le coup de force des bérets rouges de la garde présidentielle à Bamako des 30 avril et 1er mai dernier.

Dans la foulée, de nombreux militaires considérés comme proches du président renversé avaient été arrêtés. Des vidéos de soldats torturés avaient alors circulé. Depuis, les autorités militaires ont annoncé le redéploiement du régiment des commandos parachutistes dans les autres unités. Mais l’armée malienne reste à réconcilier.

Article publié le : vendredi 13 juillet 2012 par RFI