Partager

pnud-2.jpgUne aide d’urgence sous la forme de 130 tonnes de vivres, de médicaments essentiels, de matériels d’hygiène et de biens d’équipement a été fournie le vendredi 17 août aux populations du cercle de Bla, victimes des inondations survenues au début du mois. Près de 14.000 personnes des localités de Bla, Niono, Diouna et Sié bénéficieront ainsi de cet appui du système des Nations Unies.

M. Marcel Rudasingwa, Représentant de l’UNICEF au Mali et Coordonnateur Résident par intérim des activités opérationnelles du système des Nations Unies qui dirigeait la mission a remis officiellement le don au Gouverneur de la région de Ségou, en présence des membres du Conseil de cercle de Bla, des Maires des communes de Bla, des représentants d’ONG, des Conseillers communaux, du Chef de village de Bla et des représentants des agences du système des Nations Unies.

pnud1.jpg« Ce geste en faveur des populations sinistrées du cercle de Bla est une réponse coordonnée du système des Nations Unies qui vient en appui aux efforts déployés par les autorités nationales et locales » a indiqué M. Marcel Rudasingwa, lors de la cérémonie de remise des dons organisée à Bla. Il a ajouté que le système des Nations Unies continuera à soutenir les efforts du Gouvernement Malien et a adressé, au nom dudit système, un message d’encouragement et de compassion à l’endroit des familles touchées par cette épreuve.

Le Gouverneur de la région de Ségou, M. Abou Sow a qualifié la contribution du système des Nations Unies de « rapide, adéquate et significative ». Dans un souci manifeste de transparence, le Gouverneur a indiqué qu’un comité de crise élargi aux maires fera la répartition, en tenant compte du nombre de personnes réellement affectées et la sévérité du sinistre subi.

M. Bourama Sanogo, Maire de la commune de Bla a également donné l’assurance que « ces dons seront distribués de la manière la plus équitable et la plus judicieuse ». Il s’est réjouit de la mobilisation rapide du système des Nations unies face à cette calamité dont Bla a plusieurs fois été victime.

Le début tardif de l’hivernage ne laissait pas présager de telles précipitations qui ont entraîné l’écroulement de maisons, la dévastation des champs de cultures et la pollution des points d’eau, faisant donc planer des risques d’épidémie.

Mamadou Coulibaly

Pnud

21 août 2007.